En ce moment

    Artistes

    6 résultats

    04/10/2021

    « Je n'ai pas les codes. Tout le monde fait son baratin, moi je suis nul pour ça »

    Fethi, l’ex détenu qui rêve de vivre de son art

    Fethi a passé dix ans en prison. Après ça, difficile d’intégrer le monde du travail. Alors il galère, survit du RSA et traîne au quartier… Quand il ne crée pas des lampes. Aidé par l’association Focale, il essaie d’en faire un métier.

    13/07/2021

    Des révoltes urbaines à la scène

    On a monté une pièce de théâtre sur les violences policières

    En novembre 2019, un jeune du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie est touché à l'œil par un tir de flashball pendant des révoltes urbaines. Rudy et Kaye, deux éducateurs, décident de raconter cette histoire dans une pièce de théâtre avec des lycéens.

    03/06/2021

    « Je ne suis pas une Bible du rap, j’aime apprendre cette culture chaque jour »

    Alvaro Mena, boss du compte Twitter à succès Raplume

    Alvaro Mena a commencé par tweeter des punchlines. Cinq ans plus tard, son compte Raplume est devenu l’un des plus influents du milieu et vend des post sponsos aux labels.

    08/02/2021

    « C’est un système entier à repenser »

    Aux beaux-arts, les étudiantes ne veulent plus séparer le harceleur du professeur

    « C’est un petit milieu patriarcal où des professeurs se permettent tout », résume une pensionnaire des beaux-arts. Depuis un an, les étudiantes des 46 écoles d’art prennent la parole pour dénoncer sexisme et harcèlement. Témoignages.

    01/07/2015

    « Toujours quelqu’un pour te dépanner une clope ou te ramener de la bouffe…»

    Le Wonder à Saint-Ouen : bienvenue chez les squatteurs « bisounours »

    L’ancienne usine de piles « Wonder », près du marché aux puces de Saint-Ouen, est squattée par des artistes entre 20 et 30 ans. Bien organisés, ils promeuvent un fonctionnement « bisounours », sans hiérarchie, où tout le monde se file des coups de main.

    10/01/2015

    Leurs balles n’atteindront pas nos cerveaux

    France, Don’t Panik !

    Artistes, blogueurs, médias ou activistes, ils signent l’appel « France Don’t Panik » initié par StreetPress, pour dire : « leurs balles n’atteindront pas nos cerveaux ! »