En ce moment

    23 / 11 / 2013

    Des invités, des chroniqueurs et une session accoustique

    En direct : « l'espionnage à la française » l'émission spéciale de StreetPress sur Radio Campus

    Par Johan Weisz

    Tous les derniers lundi du mois de 19h à 20h, suivez en direct l'émission de StreetPress. Ce lundi 25 novembre, on se demande à quoi ressemble l'espionnage à la française, avec l'espion Pierre Martinet et le détective Jean-Emmanuel Derny.

    Après les révélations d’Edward Snowden sur le fonctionnement de la NSA et l’espionnage américain, on se demande à quoi ressemble la surveillance made in France. De quels outils de surveillance des communications dispose le renseignement français ? Y a-t-il une différence de culture entre la France et les USA sur la surveillance ? Autant de questions auxquelles nous allons essayer de répondre ce lundi soir dans « la Matinale » de StreetPress sur Radio Campus Paris.

    Les Invités :

    > Pierre Martinet, ancien agent du service action de la DGSE et désormais consultant en sécurité privée. Il est notamment l’auteur de DGSE : Service action, un agent sort de l’ombre (2005) et de Cellule Delta : Opération sabre d’Allah (2013).

    > Jean-Emmanuel Derny, détective privé, patron de Roche Investigations il est le président du Snarp, le syndicat représentatif des agents de recherche privés et l’auteur de Détecives privés, des agents très discrets (2012).

    Retrouvez aussi dans cette « matinale » nouvelle formule : la chronique geek de “David Rahmil“, la question de Quentin Bruet-Ferreol du webzine le Tryangle, « la première fois » de Mathew Spit et la pastille Vichy de Robin d’Angelo. En fin d’émission, le songwriter Etienne Laine sera en direct dans le studio pour une session live.

    Ecoutez le direct Si vous n’avez pas de poste de radio branché sur le 93.9FM près de vous, écoutez le direct sur StreetPress en cliquant dès 19h lundi sur le player :

    Écoutez Radio Campus Paris

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress