En ce moment

    27 / 08 / 2014

    En plus on a croisé le président de Groland

    On a demandé aux habitants du quartier Crimée s'ils se sentaient Russes ou Ukrainiens

    Par Jacques Torrance

    Sur StreetPress, les habitants du quartier Crimée (Paris 19e) sont partagés entre Ukraine et Russie. Seule certitude, les troupes russes débarqueraient par le canal.

    1 Les faits

    Le 4 mars dernier, Vladimir Poutine déployait l’armée russe en Crimée, une région d’Ukraine peuplée à 60% par des russophones. Ce déploiement militaire intervient quelques jours après la chute du président ukrainien Ianoukovitch, soutenu par le Kremlin et forcé à la démission après des manifestations sanglantes à Kiev.

    2 Le contexte

    Depuis plusieurs années, l’Ukraine est au bord de l’implosion avec d’un côté sa communauté russe et l’autre les Ukrainiens. La situation est exacerbée en Crimée, la plus russe des régions d’Ukraine.

    A Paris, il y a une rue de Crimée et même une station de métro. StreetPress est allé demander l’avis de la population locale.

    3 La question de StreetPress

    Vous vous sentez plutôt Russe ou Ukrainien ?

    4 La vidéo

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER