En ce moment

    25/11/2010

    Les habitués posent leur Kro pour répondre à StreetPress

    La journée contre les violences faites aux femmes vue du bar

    Par Robin D'Angelo

    « Et après, elles portent plainte ... faut pas exagérer ! », « une femme qui prend des coups, elle le mérite » … Dans bars-PMU parisiens, la journée nationale contre les violences faites aux femmes inspire les poètes.

    En 2009, 654.000 femmes disent avoir subi des violences physiques ou sexuelles . Pendant l’heure de pointe aux bars-tabacs de l’avenue Jean Jaurès, les quinquas du coin décortiquent l’initiative de la « journée nationale contre les violences faites aux femmes » entre cahuètes et Kro pression. Si devant la caméra les discours sont consensuels, « en off » les femmes en prennent plein la gueule. A StreetPress on se demandait qui étaient les 654.000 hommes qui battaient leur femme …

    Top 3 des propos entendus en off ( rien sur les pédophiles) :

    « Ouais mais les bonnes femmes faut dire qu’elles les méritent aussi »

    « Pfff, y’a une journée pour tout maintenant. Et les hommes battus, on en parle ? »

    « Tu sais, chez nous en Tunisie c’est pas pareil. Faut pas juger »

    Making-off

    Lieu du tournage: Les bar-tabacs autour du métro Jaurès dans le XIXème à Paris

    A quelle heure: 19h45, juste avant Schalke 04 – Olympique Lyonnais

    Sex-ratio du comptoir: 90% d’hommes, 10 % de femmes

    Boisson-étalon: Le demi de Kro

    Le mot du serveur: « Ah non, c’est la pire heure. Ils sont tous bourrés là »

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER