En ce moment

    25/11/2010

    Les habitués posent leur Kro pour répondre à StreetPress

    La journée contre les violences faites aux femmes vue du bar

    Par Robin D'Angelo

    « Et après, elles portent plainte ... faut pas exagérer ! », « une femme qui prend des coups, elle le mérite » … Dans bars-PMU parisiens, la journée nationale contre les violences faites aux femmes inspire les poètes.

    En 2009, 654.000 femmes disent avoir subi des violences physiques ou sexuelles . Pendant l’heure de pointe aux bars-tabacs de l’avenue Jean Jaurès, les quinquas du coin décortiquent l’initiative de la « journée nationale contre les violences faites aux femmes » entre cahuètes et Kro pression. Si devant la caméra les discours sont consensuels, « en off » les femmes en prennent plein la gueule. A StreetPress on se demandait qui étaient les 654.000 hommes qui battaient leur femme …

    Top 3 des propos entendus en off ( rien sur les pédophiles) :

    « Ouais mais les bonnes femmes faut dire qu’elles les méritent aussi »

    « Pfff, y’a une journée pour tout maintenant. Et les hommes battus, on en parle ? »

    « Tu sais, chez nous en Tunisie c’est pas pareil. Faut pas juger »

    Making-off

    Lieu du tournage: Les bar-tabacs autour du métro Jaurès dans le XIXème à Paris

    A quelle heure: 19h45, juste avant Schalke 04 – Olympique Lyonnais

    Sex-ratio du comptoir: 90% d’hommes, 10 % de femmes

    Boisson-étalon: Le demi de Kro

    Le mot du serveur: « Ah non, c’est la pire heure. Ils sont tous bourrés là »

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. A titre d’exemple, nous avons calculé les moyens engagés pour une enquête écrite et vidéo consacrée aux soutiens armés d’Eric Zemmour.

    campagne 2021 Je soutiens StreetPress  
    mode payements