En ce moment

    28 / 03 / 2014

    Thème : la bouffe alternative à Paris

    En direct : l'émission de StreetPress sur Radio Campus

    Par StreetPress

    Tous les derniers lundi du mois de 19h à 20h, suivez en direct l'émission de StreetPress. Ce lundi, on parle de la bouffe alternative à Paris, avec Amandine de Vegan Folie's, Bastien des Disco Soupes et Aladin du Freegan Pony. On air sur le 93.9FM.

    Le thème : la bouffe alternative à Paris

    Plus on est de choux, plus on rit A l’heure où la malbouffe est partout, le gaspillage la norme, un petit noyau d’opposants résiste… et s’implante peu à peu dans Paris. Ils ont pignon sur rue, comme le Vegan Folie’s qui propose cupcakes et autres pâtisseries anglo-saxonnes vegans rue Mouffetard, évoluent dans l’underground comme le Freegan Poney, le mi-resto mi-squat qui cuisine les invendus de Rungis dans le Marais, ou sont des ex-teufeurs reconvertis dans l’épluche légumes comme les collectifs “Disco Soupe” qui réinventent la mobilisation militante pour sensibiliser au gaspillage alimentaire.

    Les invités :
    > Amandine du Vegan Folie’s, la première boutique de pâtsseries Bio et 100% végétale de Paname.
    > Bastien des Disco-Soupes, ces soirées où des DJ viennent mixer pendant qu’avec ton épluche légumes tu rapes des carottes difformes
    > Aladin, du Freegan Poney, le nouveau resto freegan, qui cuisine les invendus de Rungis

    Et aussi :
    La chronique geek de David Rahmil
    La pastille Vichy de Robin d’Angelo
    Et la session live, avec l’excellent groupe Cabuco

    Ecoutez le direct Si vous n’avez pas de poste de radio branché sur le 93.9FM près de vous, écoutez le direct sur StreetPress en cliquant dès 19h lundi sur le player :

    Écoutez Radio Campus Paris

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress