Jean Robin écrit à StreetPress

Jean Robin écrit à StreetPress

Vous avez reçu un nouvel Inbox

France | Témoignage | par | 22 Décembre 2010

Jean Robin écrit à StreetPress

Jean Robin, du site Enquête et Débat, écrit à StreetPress, suite à notre reportage sur les « Assises contre l'Islamisation en Europe ».

Le message de Jean Robin

Chers collègues journalistes,

Voici ce que je viens de lire me concernant sur votre média : « Jean Robin, journaliste controversé et sympathisant UDC espère en France la naissance « d’un nouveau courant clairement anti-Islam qui pourra unir des députés UMP de la droite nationale“ »

Où avez-vous été chercher que j’étais sympathisant UDC ? Je suis français, je ne peux être sympathisant d’un parti étranger, et je ne vous ai jamais dit ça. Je suis sympathisant de la démocratie directe, comme je vous l’ai dit, c’est d’ailleurs pour cela que Enquête et débat a réalisé un DVD sur ce sujet. Pourquoi avoir déformé la réalité ? Par ailleurs je vous ai dit que je n’appartenais à aucun parti, je suis éditeur et journaliste, mais vous avez préféré le mensonge et la propagande, c’est pas terrible, j’avais une meilleure idée de vous jusqu’à présent, mais ce papier a changé les choses. 

Si vous avez encore un minimum de déontologie, merci de publier ce droit de réponse.

Cordialement

Jean Robin

La réponse de StreetPress

Cher Jean,

Merci de votre mail. Comme vous l’avez vu, on a publié un edit sur le reportage . On en a profité pour compléter le paragraphe avec davantage de citations et de précisions.

Au passage, on a été passionné par le parcours d’Yvan Blot, qui est l’intervenant de votre DVD sur la « démocratie directe » : En 1974 cet énarque RPR confonde avec Jean-Yves le Gallou le Club de l’Horloge (qui encourageait, dès cette époque, un rapprochement entre la droite et l’extrême droite), parraine Bruno Mégret pour son entrée au RPR au début des années 1980 et se voit propulsé quelques années plus tard au Bureau Politique du Front National. Il restera au FN jusqu’en 2000, sauf pendant son passage rapide au MNR de Bruno Mégret.

Son « Association pour le développement de la démocratie directe (A3D) », domiciliée à l’époque au Club de l’Horloge, était fascinée dès les années 1980, par les modèles suisse et américain et par les thèses de Friedrich Von Hayek. « La pique anti-technocratique [de l’A3D] a d’autant plus de sel que Yvan Blot est un pur produit de la technocratie française, les pesanteurs sociologiques de son milieu ayant prévalu chez lui sur une formation anti-libérale acquise dans les milieux de la Nouvelle Droite », écrivaient en 1992 Jean-Yves Camus et René Monzat dans Les droites nationales et radicales en France (Presses Universitaires de Lyon). A l’A3D a visiblement succédé l’A2D, « Agir pour la démocratie directe », créée en 2010.

Merci donc, cher confrère, et bonne chance pour votre site Enquête et Débat .

La rédaction


L'actu