En ce moment

    02 / 05 / 2019

    La direction reconnaît les faits mais conteste leurs caractères illégaux

    Accusations de détournement de fonds à la Faco, la Fac parisienne préférée de l’extrême droite

    Par Christophe-Cécil Garnier , Aurelie Garnier

    Fondée en 68 par d’anciens collabos, la Faco traîne une réputation de fac d’extrême droite. Depuis plusieurs mois, de graves accusations d’un détournement de fonds secouent ses murs. Enquête.

    Catho de droite, voire d’extrême droite. Depuis sa création en 1968, l’étiquette colle à la peau de la Faculté libre de droit, d’économie et de gestion, communément surnommée la Faco. Ses 400 élèves y apprennent le droit, la gestion et l’économie, pour 6.200 euros l’année. L’enseignement n’y donne pas de diplômes d’État, mais les élèves peuvent se présenter aux différents concours d’avocats, d’huissiers ou de commissaires à l’issue de la quatrième année.

    « [Aux débuts de la Faco], ce n’était pas un milieu de gauche, c’est sûr. L’image qu’on avait à l’extérieur c’était : “Faco-fachos” », se rappelle un ancien élève maintenant septuagénaire. « Ces propos ne sont pas éloignés de la réalité, il y avait un engagement à tous les étages », reconnaît l’un des dirigeants de la Faco. S’il accepte de répondre aux questions de StreetPress, c’est que de lourds soupçons de malversations pèsent sur la faculté privée. Notre interlocuteur exige l’anonymat, comme plusieurs de nos contacts. Des anciens membres et salariés qui accusent Bernard Vivier, l’actuel président de la Faco, d’avoir détourné environ un million d’euros de l’université au profit d’une autre structure. Des faits présumés, signalés au procureur de la République. Selon nos sources, une enquête aurait été ouverte. Nous n’avons cependant pas pu avoir de confirmation officielle.

    Fondée par des collabos

    La Faco est fondée en 1968 à la suite de la décision de l’Institut catholique de Paris d’arrêter l’enseignement des « matières profanes » : le droit, les lettres ou encore l’économie. La mentalité y est contre-révolutionnaire. « C’est une fac privée qui a été créée en opposition avec l’esprit d’alors. C’était assez réactionnaire comme mouvement », indique un ancien salarié. « Les débuts de la faculté ont été très marqués politiquement sur le plan des idées », renchérit-il.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/faco_crabes_1.jpg

    Ambiance panier de crabes et détournement de fonds présumé à la Faco. / Crédits : Aurelie Garnier

    Il faut dire que ses fondateurs, Achille Dauphin-Meunier et Guy Lemonnier, tous deux anti-communistes virulents, ont un passé chargé au sein de la collaboration. À la Libération, le premier échappe à l’épuration en se réfugiant de longs mois dans un monastère bénédictin, le second est condamné et incarcéré avant d’être amnistié en 1951.

    Des professeurs marqués à l’extrême droite

    En cinquante ans d’existence, la Faco a souvent été liée à l’extrême droite et plusieurs de ses enseignants s’y sont engagés. Alain de Lacoste-Lareymondie, qualifié de « nostalgique de l’OAS » par la direction actuelle, a eu successivement sa carte au Front national pour l’Algérie française de Jean-Marie Le Pen et à l’Alliance républicaine pour les libertés et le progrès, un parti d’extrême-droite mené par Jean-Louis Tixier-Vignancour. Jean-Claude Giverdon, professeur d’histoire économique à la Faco a été, comme le rapporte la revue antifasciste REFLEXes, conseiller municipal sous étiquette frontiste et membre de la direction du FN. Claude Polin, prof de faits économiques contemporains, a quant à lui été membre du conseil scientifique du Front national et membre du club de l’Horloge (groupe de réflexion qui prône l’alliance entre la droite et l’extrême droite).

    Plus récemment, c’est Élie Hatem qui donnait des cours au sein de la Faco. L’avocat monarchiste et mondain, bien connu des lecteurs de StreetPress, a été candidat aux municipales de 2014 sur une liste FN, puis aux législatives de 2017 sous les couleurs des Comités Jeannes de Jean-Marie Le Pen. La fac accueille aussi plusieurs réunions du Grece (Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne). Un cercle de pensée créé notamment par Alain de Benoist, l’un des intellectuels les plus influents à l’extrême droite.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/faco_mariage_1.jpg

    Entre la Faco et l'extrême-droite, c'est l'amour fou. / Crédits : Aurelie Garnier

    Même Bernard Vivier, l’actuel président de la Faco, en poste depuis 2016, a un passif à l’extrême droite. En 1978, il est candidat aux législatives dans le Puy-de-Dôme avec le soutien financier de Jean-Marie Le Pen pour sa campagne. Bernard Vivier invoque désormais l’erreur de jeunesse. Ce qui ne l’empêche pas d’écrire en 1991 un article dans la Revue universelle, proche de l’Action française ou de donner une interview à Radio Courtoisie. « Il s’est fait piéger une fois. Il ne refuse que très rarement des sollicitations et des interviews, il a aussi écrit dans l’Humanité », balaie-t-on à la Faco. Un passé qui fait mauvais genre pour celui qui préfère, sur les plateaux télé, mettre en avant ses fonctions à la Confédération française de travailleurs chrétiens (CFTC). Sous sa présidence, l’école loue quelques salles à l’état-major de la Manif pour tous qui y organise un colloque.

    Une présence de la droite catho

    Héritière des courants les plus droitiers de l’Institut catholique de Paris, la Faco entretient des liens étroits avec la mouvance catho et réac. Guillaume Bernard, historien du droit, politologue et prof à la Faco (il enseigne également à l’ICES, l’institut catholique de Vendée fondé par Philippe de Villiers) a, en 2019, participé à la Marche pour la vie, le rassemblement annuel des opposants à l’avortement. Quant aux cours de culture générale, ils sont dispensés par Jean-Paul Bolufer, ancien directeur de cabinet de Christine Boutin au ministère du Logement.

    Jusqu’en 2010, la présidence de la Faco est occupée par Jean-Marie Schmitz, catholique traditionaliste. Il a ainsi dirigé l’association Ichtus, en première ligne dans l’opposition au pacs et au Mariage pour Tous, qualifiée d’« extrêmement traditionaliste ».

    « Schmitz n’est pas un type de gauche, euphémise un ancien professeur. Il était responsable des jeunes militants pour Tixier-Vignancour. Mais il a été correct politiquement. C’était plutôt la tendance Action française, sans être actif ». Au cours de son mandat, cet ancien cadre dirigeant de Lafarge tente de placer François Vallançon au poste de doyen de la faculté. « Un homme très à droite », se souvient l’ex-enseignant, qui a notamment participé à plusieurs universités d’été de la très conservatrice association Renaissance Catholique. Vallançon était professeur au sein de l’IFJ, l’école de journalisme de la Faco dont StreetPress vous parlait ici, qui a formé plusieurs journalistes classés très à droite, à l’image de Charlotte d’Ornellas, plume à Valeurs Actuelles et invitée régulière de Cnews. StreetPress lui a, en 2017, consacré un portrait.

    « “Faco-facho”, ça n’existe plus »

    « C’est la Faco ici, pas l’école de Marion Maréchal-Le Pen à Lyon. » Plus de liens avec l’extrême droite, ni avec les milieux catholiques réactionnaires, l’actuelle direction jure que c’est du passé. Si quelques profs marqués très à droite, comme Jean-Paul Bolufer et Guillaume Bernard, y enseignent toujours, la Faco a élargi son recrutement. La bascule s’est faite après 2010 et le départ précipité de Jean-Marie Schmitz. Stève Gentili, le président jusqu’en 2016 et boss de la Bred, l’a « ouverte sur le monde, continue l’ex-salarié. Il voulait en faire une affaire de gros sous. Sa politique était d’ouvrir beaucoup plus, de diversifier, de gommer l’aspect originel ».

    C’est toutefois sous la présidence de Bernard Vivier, élu depuis 2016, qu’ont été licenciés des membres de l’équipe enseignante, comme Élie Hatem. « C’est un extrémiste qui considère Alain Escada (président de Civitas, ndlr) comme un peu trop à gauche », commente la direction de l’établissement à son sujet. « Je faisais énormément de différences entre mes engagements personnels et mon enseignement à la Faco. C’est quelque chose qui est compris chez les Anglo-saxons, pas en France», se défend l’avocat monarchiste.

    Une autre figure de la Faco, Patrice Dumont Saint-Priest, a aussi été licencié en partie pour ses positions, alors qu’il a dirigé l’école de 2016 à 2018. Ce dernier est à l’origine de la location des locaux à la Manif pour Tous. Suffisant pour que la direction le qualifie d’homme « violent et extrémiste ». Elle évoque des faits de violences sur des étudiants et des professeurs, mais sans avancer d’exemples. « Bernard Vivier n’est pas en mesure d’apporter la moindre preuve de ses dires, répond Patrice Dumont Saint-Priest. C’est sa méthode. Il espère que ça suffira à me discréditer. »

    Le grand détournement

    Selon Dumont Saint-Priest, son éviction ne serait pas de nature politique. Cet ancien général fait partie des anciens membres qui accusent l’actuel président d’avoir détourné près d’un million d’euros au profit d’une autre structure. « Bernard Vivier a, depuis toujours, utilisé le mensonge et la manipulation pour faire taire ceux qui regardaient d’un peu trop près ses affaires, lance Patrice Dumont Saint-Priest. Nombreux sont ceux qui peuvent en témoigner. Le procureur en est informé. Cette affaire est entre ses mains ».

    Avec les autres, il pointe le fait que Bernard Vivier aurait organisé un détournement de fonds publics via la taxe d’apprentissage, entre 1992 et 2010. Depuis 1971, la Faco touche cet impôt via un organisme : l’Institut technique de formation active (ITFA). En 1992, Bernard Vivier en devient président. Ce dernier est en parallèle à la tête d’un autre organisme, l’Institut supérieur du travail (IST). Cette structure forme les cadres d’entreprises comme Peugeot ou l’Union des industries et métiers de la métallurgie (l’UIMM, une branche du Medef) au dialogue social, mais ne possède aucun lien officiel avec la Faco et l’ITFA.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/faco_magic_1.jpg

    Un vrai tour de magie avec cette taxe d'apprentissage. / Crédits : Aurelie Garnier

    Pourtant, selon des documents qu’a pu consulter StreetPress, l’IST envoyait des courriers aux entreprises pour qu’elles versent cet impôt à l’ITFA. « L’IST coopère avec l’ITFA », peut-on lire dans l’un d’eux. « L’IST a confié à l’ITFA le soin de percevoir la taxe d’apprentissage », énonce un autre. Un troisième montre même que l’IST se présente comme un « établissement d’enseignement supérieur privé » rattaché à la Faco. Ce qui est faux. Mais jusque-là, rien d’illégal, des organismes peuvent faire de la retape pour des formations. Sauf que, selon plusieurs témoins interrogés par Streetpress et des courriers que nous avons pu consulter, l’IST semble avoir récupéré 50% de la taxe d’apprentissage. Et ça c’est illégal : les rétrocessions de la taxe d’apprentissage étaient strictement interdites par la loi jusqu’en 2002. Après cette date, elles ont été autorisées, à condition de ne pas dépasser 3% de la taxe d’apprentissage. Loin du partage organisé par l’IST.

    « Dans les années 2000, trois procès ont eu lieu contre l’Essec pour des histoires similaires de rétrocessions de la taxe d’apprentissage », compare un ancien membre. Cet impôt doit normalement être versé par les entreprises à des établissements publics ou privés d’enseignement et des organismes collecteurs, les OCTA. Or l’IST n’est ni l’un, ni l’autre. « Cet institut forme des cadres mais il ne fait pas d’apprentissage », détaille un ancien de la Faco. Si ces faits sont confirmés, il y a donc détournement de fonds, bien qu’aucun élément porté à notre connaissance ne montre le moindre enrichissement personnel.

    Les ex-membres de la Faco affirment également avoir extirpé des factures adressées à l’université et l’ITFA pour des fournitures destinées à l’IST. Plusieurs documents, que StreetPress a pu consulter, montrent notamment d’importantes factures payées pour des commandes à des éditeurs. « C’était des choses concernant le droit social, qui n’avaient rien à voir avec l’ITFA qui faisait une formation en apprentissage de comptabilité, mais qui avaient tout à voir avec l’IST », affirme un ancien.

    Une « carambouille » estimée à un million

    Les anciens salariés de la Faco ont sorti leur calculette, ils estiment à près d’un million d’euros les sommes détournées. « On n’est pas dans la petite carambouille !, s’emporte le même ancien. La Faco a été pillée par cet homme-là ». Un chiffre que StreetPress n’a pu confirmer dans le détail. Les ex de la faculté comptent également dans ce million les 163.000 euros de créances de l’ITFA, liquidé en 2010 après quelques années où ses finances battaient de l’aile. « Et pour cause, une partie allait dans l’IST ! », justifie un ancien. Un signalement a été effectué par ces ex-membres auprès du procureur de la République. Une instruction serait en cours.

    Interrogée par StreetPress, la direction de la Faco ne conteste pas la nature des documents portant sur la collecte et le partage de la taxe d’apprentissage. « Ces documents sont sûrement vrais », indique-t-on quand on les présente. Mais la direction nie le caractère illégal de la manoeuvre : « Lors de la liquidation judiciaire de l’ITFA, la mandataire a fait des conclusions claires et n’a rien eu à dire sur ce sujet. Les observations à faire seront pour les tribunaux ».

    Un argument qui ne tient pas, selon un ancien membre de la Faco : « C’est faux d’invoquer la mandataire judiciaire pour ces questions. Elle n’a pas à se prononcer sur la liquidation et les conditions de celle-ci. ». StreetPress n’a pas eu accès aux conclusions de la mandataire.

    Pour se défendre, la faculté ajoute que ses comptes sont contrôlés par des agents extérieurs et que le président est bénévole. La Faco précise qu’elle refuse pour l’instant d’attaquer en diffamation « pour ne pas faire plaisir aux accusateurs. Il n’y a eu aucun acte de malversation. S’expliquer, c’est s’excuser et c’est aussi un peu s’accuser ». À l’inverse, elle pointe une « vendetta » venant de personnes qui « veulent du mal à la Faco ».

    Game of Thrones dans le VIe arrondissement

    Ces accusations de détournement sortent sur fond de guerre des chefs. Bernard Vivier est un fin tacticien. Ainsi en 2010, il est éjecté du conseil d’administration à la suite d’un désaccord avec le président Jean-Marie Schmitz. Une heure après ce CA, il réintègre sa place avec le soutien de l’assemblée générale où se trouvent bon nombre de ses soutiens et parvient dans la foulée à éjecter le président du conseil d’administration. À une autre occasion, il organise une élection à la présidence, le jour de la commission des Finances du Sénat, où doit obligatoirement se trouver l’un de ses concurrents. L’intéressé nie en bloc toutes manoeuvres.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/faco_got_1.jpg

    Lui au moins ne risque pas de rencontrer Arya Stark. / Crédits : Aurelie Garnier

    Au sein de la Faco, tout le monde lui serait désormais acquis, pestent ses adversaires. « Il a fait rentrer tout son réseau au sein de l’assemblée générale », lance un ancien. « Il sera réélu à vie ». Selon ses détracteurs, M. Vivier a progressivement écarté tout ceux qui le contestent. « Il a un problème de comportement. En moins d’un an, il a licencié deux directeurs », pointe un ancien ponte qui l’a longtemps côtoyé. Une autre source de conclure : « Il voulait devenir le président de la Faco. Tel le vizir Iznogoud, il attendait son heure depuis des années ». C’est désormais chose faite. Reste à savoir s’il sera rattrapé par la justice.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress