En ce moment

    02/11/2021

    Ils préparent une élection… et la guerre ?

    Des soutiens de Zemmour tirent sur des caricatures de juifs, de musulmans et de noirs

    Par Mathieu Molard

    Dans une forêt de l’Ouest de la France, des militants d’extrême droite, soutiens actifs d’Eric Zemmour, s'entraînent au tir sur des caricatures racistes de juifs, de musulmans et de noirs. Enquête.

    La scène se passe dans une forêt de l’Ouest de la France. Un militant d’extrême droite au crâne rasé vêtu d’un treillis militaire tient à deux mains un flingue. Il tire à deux reprises en direction de cibles en papiers clouées sur des troncs d’arbres. Sur chacune des feuilles blanches, criblées d’impacts de balles, on peut voir des caricatures racistes dessinées au marqueur. Trois au moins. Un juif, longue barbe et nez crochu. Un musulman, la tête couverte d’un chèche. Et un noir aux cheveux crépus. Sur le bas de cette dernière cible on peut lire « nigga », « nègre » en argot. La vidéo est glaçante. Sur d’autres photos, on voit différents individus munis de colts ou de fusils faire à tour de rôle des cartons sur ces mêmes cibles racistes. Tous semblent se délecter à l’idée d’abattre, juifs, musulmans et « nègres »…

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/capture_decran_2021-11-02_a_10.12.20.png

    Sur des vidéos de la Famille Gallicane, on voit les membres tirer avec des colts sur des caricatures racistes d'un noir, d'un musulman et d'un juif. / Crédits : DR

    Qui sont-ils ? Il s’agit d’un groupuscule d’extrême droite baptisé la Famille Gallicane. Quelques dizaines de membres actifs, selon nos estimations, et quelques centaines de sympathisants. Leur blason bleu-blanc-rouge se compose d’un crâne surmonté d’un béret qui semble faire référence à la Légion étrangère, bordé d’une couronne de lauriers. Ils animent une petite page Facebook, un compte Instagram, mais surtout une chaîne Telegram. C’est sur cette dernière, accessible à tous et suivie par un peu plus de 550 personnes, qu’ils publient les vidéos de tir.

    Ils y multiplient aussi les blagues et commentaires racistes en tout genre. « Famille Gallicane partout, bougnoules nulle part », écrit l’un. Un autre, pour montrer son hilarité, poste une photo d’Hitler qui se marre. Dans un « sondage », les Chinois sont rebaptisés les « mangeurs de foetus ». Ensemble, ils s’extasient sur une vidéo (tournée à l’étranger) montrant le tabassage en règle d’un homme noir… Les exemples sont nombreux. StreetPress a aussi pu retrouver les comptes sur les réseaux sociaux de certains de ses membres. Et, là encore, on retrouve des commentaires racistes et des symboles fascistes.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/fg-mosaique_1.jpg

    Sur la chaîne Telegram de la Famille Gallicane, les messages racistes et les symboles fascistes sont nombreux. / Crédits : DR

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/capture_decran_2021-11-02_a_10.14.50.png

    La Famille Gallicane n'hésite pas à poser avec des symboles fascistes ou en faisant des saluts nazis. / Crédits : DR

    Sur une autre chaîne Telegram de la Famille Gallicane, l’un de ses membres fait l’apologie du terroriste d’extrême droite néo-zélandais, Brenton Tarrant. Le 15 mars 2019, ce dernier a attaqué deux mosquées de la ville de Christchurch, tuant 51 personnes et en blessant 49 autres (1). Des propos d’autant plus inquiétant qu’ils émanent d’un individu membre d’un groupuscule armé.

    Ils font campagne pour Zemmour

    À l’approche de l’élection présidentielle, ils ont un favori : Eric Zemmour. Certains membres de la Famille Gallicane ont même rejoint les rangs de Génération Z, le mouvement de jeunesse qui mène la campagne pour le candidat d’extrême droite. Déjeuner de soutien au Château du Magnet, dans l’Indre (36), sessions collage d’affiches à Châteauroux (36), participation au meeting nantais du candidat… Ils sont à bloc ! Sur Telegram, la Famille Gallicane encourage ses fans à les rejoindre :

    « Une partie de nos membres soutient Zemmour et nous encourageons chaque personne à le faire. »

    Ils ont également investi les manifestations contre le pass sanitaire. Ils sont présents dans les cortèges à Châteauroux, à Rennes et à Paris où, au mois de septembre, un « white bloc » – un black bloc constitué de militants néo-nazis – a rassemblé près de 200 nationalistes.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/capture_decran_2021-11-02_a_10.15.25.png

    Sur Telegram, la Famille Gallicane encourage ses soutiens à rejoindre Eric Zemmour. / Crédits : DR

    Rien dans le crâne

    Difficile de rattacher la Famille Gallicane à un courant de pensée très construit. « On a affaire à ce qui relève du bricolage idéologique, ce qui est très typique de ces formes de radicalités. On va utiliser des symboles, des images pour leur esthétique plus que pour un corpus doctrinal », décrypte Nicolas Lebourg, historien spécialiste de l’extrême droite et chercheur à l’université de Montpellier :

    « Dans l’entre-deux-guerres, les militants fascistes en Italie n’avaient pas lu les œuvres de Mussolini. Ils portaient une chemise noire et saluaient en même temps que leurs copains. C’est l’esthétique qui donne sa dynamique à l’extrême droite radicale, pas un programme. »

    Des survivalistes

    Seul élément vraiment saillant, les références récurrentes au survivalisme. La Famille Gallicane, comme de nombreux groupuscules radicaux en France, se revendique de ce mouvement populaire aux États-Unis dont les adeptes s’entraînent à survivre et s’arment en prévision d’une catastrophe ou d’un effondrement de notre civilisation. « En 1999, Guillaume Faye, un grand théoricien de l’extrême droite française, prédit une convergence des catastrophes : économique, géopolitique, le choc des civilisations avec l’Islam va converger », explique Nicolas Lebourg : « Ces radicaux considèrent que cette prophétie est en train de se réaliser. Le djihad est ouvert. L’Europe va être balayée ou elle arrivera à déclencher la reconquête. Pour eux, il va falloir constituer des poches raciales blanches pour résister et se battre dans les rues à l’échelle locale. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/fg-1.jpg

    La Famille Gallicane relaie sans cesse des vidéos d’incivilités ou de violences dans les quartiers populaires, pour illustrer une déliquescence de la société. Le groupe demande à ses soutiens de se tenir prêts pour se battre. / Crédits : DR

    Une rhétorique qu’éprouve parfaitement la Famille Gallicane. Elle relaie sans cesse des vidéos d’incivilités ou de violences dans les quartiers populaires, pour illustrer cette déliquescence de la société. Sous l’une d’elles, on peut lire :

    « Vous êtes prêts ? Comment allez-vous réagir lorsque ce sera en bas de chez vous ? Vous avez un plan ? Quelques ressources ? »

    Et de prôner, en conclusion de la plupart de ces posts, leur solution : « Communautarisez-vous ! »

    À LIRE AUSSI : Grâce au pistolet à poudre noire, l’extrême droite violente s’arme en toute légalité

    (1) Ajout de la vidéo sur l’apologie de terrorisme le 3/11 à 12h45. Par ailleurs, depuis la publication de l’article, la Famille Gallicane a, sur sa chaîne Telegram principale, déclaré qu’en « aucun cas » ils ne « souhaitent attaquer et tuer une quelconque personne, » ne pas être « responsable de chaque message ou faits et gestes de nos sympathisants » et « que quelques membres pratiquent le tir par simple passion ou pour s’entraîner à chasser ».

    Faf, la Newsletter

    Chaque semaine le pire de l'extrême droite vu par StreetPress. Au programme, des enquêtes, des reportages et des infos inédites réunis dans une newsletter. Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Faire bouger les lignes, avec vous.

    StreetPress pratique un journalisme ouvert, conscient et engagé. Comment être neutre face au racisme, au sexisme, à l’homophobie et à toutes les formes de discriminations ? Pour faire bouger les lignes nous avons choisi d’enquêter sur ceux qui en politique comme ailleurs portent cette haine. Chaque semaine nous publions des enquêtes et la newsletter FAF, consacrée à l’extrême droite. Elle est gratuite et pourtant elle coûte au moins 48 000 euros à produire.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements