En ce moment

    16 / 03 / 2012

    Une première depuis 2005

    Assas: Le Gud présente une liste aux élections étudiantes

    Par Robin D'Angelo

    Sur StreetPress Baptiste Coquelle numéro 2 du Gud à Assas est « vraiment content ». Pour la première fois depuis 2005 son mouvement va participer à des élections étudiantes. A la clef le droit d'avoir leur propre local dans l'enceinte de la fac.

    Info StreetPress – Ca y est, le Gud fait son comeback aux élections étudiantes à Assas. Le groupuscule d’extrême-droite a déposé aujourd’hui sa liste – au nom de son association étudiante l’UDJ, pour l’élection des conseils centraux qui se tiendra le 28 mars. « On est vraiment content. C’est très important pour notre recrutement », s’est félicité joint par StreetPress Baptiste Coquelle, le numéro 2 sur la liste. La dernière fois que le Gud s’était présenté à des élections étudiantes à Assas – son bastion, c’était en 2005 via son ancien prête-nom le Red.

    Grabuge Vendredi matin, le dépôt de candidature n’a pas été de tout repos: Les gudars étaient attendus vers 11 heures du matin par « des antifas extérieurs à la fac », qui en ont profité pour jouer des coudes:

    « Un de nos militants est sorti de la fac et pendant qu’il discutait avec une amie, on lui a mis des coups de barre dans le dos et des coups de matraque ! » raconte outré Baptiste Coquelle. Plus de peur que de mal pour le « gentleman fasciste » agressé, il s’en tire avec une blessure à la main. Le Gud a quand même porté plainte à la police:

    « Généralement on ne fait jamais ça – nos ennemis le font tout le temps. Mais là ils lui ont volé son sac avec ses papiers dedans ! »

    L’agression a d’ailleurs été filmée par la toute nouvelle caméra de surveillance installée à l’entrée d’Assas, se félicite Baptiste.

    Généralement on ne porte jamais plainte – eux le font tout le temps. Mais là il lui ont volé son sac avec ses papiers !

    Un local pour recruter En 2010, l’année de sa reformation, l’UDJ/Gud n’avait pas eu le droit de déposer de liste aux élections des conseils centraux. « L’administration avait trouvé plein de pretextes pour nous interdire de participer parce qu’on est d’extrême-droite », raconte Coquelle, 26 ans. L’étudiant en première année de droit rappelle l’importance de cette élection pour le Gud:

    « En tant qu’association étudiante, si on ne dépose pas de liste, on n’existe pas. Alors oui c’est vraiment très important pour nous. »

    Pour son retour, le Gud vise « 1 à 2 sièges » au Cevu ou au CA, deux des trois assemblées qui gèrent la vie étudiante. Si l’association obtient au moins un élu, elle se verra offrir un local permanent dans la fac, « indispensable pour se relancer à Assas ». L’optimisme est de mise: En 2005, le Red avait obtenu 2 sièges.

    « Il faut obtenir 100 voix. Ce ne devrait pas être très difficile. »

    Anti-gauchisme Edouard Klein, à qui l’on doit la refondation du Gud, est tête de liste. Parmi les slogans: « Un vote UDJ = Un vote contre l’Unef ». Pour sa campage, le groupuscule nationaliste a investi « aux alentours de 2.500 euros »  « Sur nos fonds propres, sans aucune subvention, ni aide d’aucun parti », tient à préciser Baptiste Coquelle, aussi trésorier de l’UDJ. Le programme tient en 3 points:

    - Une politique sociale avec la préférence nationale
    - L’excellence via la sélectivité pour remonter le nouveau global
    - L’anti-gauchisme et le délocage systématique de la fac.

    Date du scrutin: le 28 mars prochain.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress