En ce moment

    29 / 05 / 2012

    Les femmes du bus 678 : la bande-annonce à la moulinette

    Par Thomas Arnaud-Deguitre

    Le debrief

    1. Durée de la bande-annonce : 1 min 37

    2. Nombre de plans : 62

    3. Intrigue dévoilée dans la BA : 90 %

    4. Échelle de « ça te dit un cinoche ? » : Pitié-/ -Nan Nan / Bof / Peut être / Pourquoi pas / A fond !

    5. La star : Le machisme

    6. La phrase choc : « Je promets d’interroger ma femme en rentrant à la maison »

    On a compris que :

    Alors qu’un bus roule tranquillement dans les rues bondées du Caire (Égypte), nous sommes plongés dans le véhicule où hommes et femmes sont entassés. Une main baladeuse vient alors caresser les cuisses d’une jeune femme voilée. Apeurée, celle-ci descend, sous les regards pervers de plusieurs hommes, et décide de prendre un taxi. De retour chez elle, son mari l’engueule sévèrement parce que « Madame prend des taxis avec nos économies ». Puisqu’elle est obligée de prendre le bus, elle décide de ne plus se laisser faire : la fois d’après, quand un homme vient la caresser, elle lui plante discrètement un couteau dans son usine à testostérone.

    Elles sont bientôt plusieurs à utiliser le même stratagème, sans que personne ne les remarque. Tant et si bien que le journal quotidien titre en Une « Le poignardeur cible les agresseurs sexuels ». Les policiers ouvrent une enquête. Mais cela n’empêche pas les hommes de poursuivre leurs agressions sexuelles – allant même jusqu’à le faire en pleine rue, à bord de leur voiture.

    Les enquêteurs retrouvent à l’hôpital l’un des violeurs poignardés. Honteux et confus, le mec se garde bien de porter plainte. Les femmes, elles, finissent par porter plainte de leur côté. Mais la famille de l’une d’entres elles n’est pas du même avis et lui demande de la retirer illico. Une femme n’est jamais tout à fait lavée de l’idée « qu’elle a bien dû le chercher ». Pendant ce temps, les policiers mettent en place des indics dans les bus pour essayer de chopper ces trois femmes déterminées à ne plus se laisser humilier. S’en suit une poursuite entre les deux partis.

    div(border). h4>Pourquoi ce film ?Pour son premier film, le cinéaste Mohamed Diab réalise un film fort sur le rude combat des femmes égyptiennes mené contre le machisme impuni. Inspiré de faits réels (le premier procès jamais intenté par une femme égyptienne pour harcèlement sexuel datant de 2008), le film a provoqué de nombreux débats lors de sa sortie en Egypte, un mois avant la Révolution. A travers trois portraits de femmes que tout oppose, Mohamed Diate met en lumière un pays où la femme moderne n’a pas encore sa place, sa liberté et sa dignité.

    Fiche technique :

    Sortie : 30 mai 2012
    Réalisateur : Mohamed Diab
    Durée : 1h40, Vostfr. Prix du Public, Festival du Film méditerranéen de Montpellier.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER