En ce moment

    03/05/2010

    110 milliards d'euros pour la Grèce en échange de "l'austérité"

    Par StreetPress

    Les pays de la zone Euro et le FMI ont accordé à la Grèce un prêt de 110 milliard d'euro échelonné sur 3 ans. En échange de cette aidé économique, le pays s'engage à respecter un plan d'austérité sans précédent.

    110 milliards pour réduire le déficit public

    Les ministres des Finances des pays de la zone Euro ont activité hier à Bruxelles le plan de sauvetage de l’économie grecque. Les pays de la zones Euro y contribueront avec un apport de 80 milliards d’euros, tandis que le FMI prêtera 30 milliards d’euro. Le France participera à hauteur de 16,5 milliards d’euros. Objectif du plan de sauvetage: ramener le déficit public de la Grèce à moins de 3% du PIB d’ici 2014 alors qu’il est aujourd’hui de 14%.

    Des mesures d’austérité qui remettent en cause les acquis sociaux

    En contrepartie de cette aide, le FMI et l’Europe imposent à la Grèce une série de mesures d’austérité. Parmi elles l’augmentation de la TVA de 21 à 23%, un gel des salaires et des retraites de la fonction publique, et l’instauration d’un âge minimum de départ à la retraite à 60 ans.

    « Les plus injustes et les plus dures de l’histoire moderne de la Grèce »

    Les syndicats grecs ont appelé à faire barrage à ces mesures avec une grève générale organisée le 5 mai. Giannis Panagopoulous, président de la GSEE le principal syndicat du secteur privé, a affirmé qu’il s’agissait des mesures « les plus injustes et les plus dures de l’histoire moderne de la Grèce » et qu’elles allaient « aggraver la récession et plonger l’économie dans un coma profond ». Après la crise économique, la crise sociale peut vraiment commencer en Grèce.

    Source: StreetPress | Euronews

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER