En ce moment

    10/12/2013

    Slackline

    Par Matthieu Bidan

    Geeks, hipsters ou amoureux de la nature, à chacun son sport de rue et à chaque spot sa discipline. Alors dimanche ce sera plutôt Quidditch porte de Versailles ou tractions au square Eugène Varlin ?

    font color=red>Où ? Les bords du canal de l’Ourcq (19e) et le bois de Vincennes sont les plus gros spots

    font color=red>Quoi ? Au départ, la slackline – « corde souple » – était pratiquée par des grimpeurs, pour entretenir l’équilibre de façon ludique. Mais les « slackeurs » sont de plus en plus nombreux à  Paris et il n’est plus rare de les croiser évoluant entre deux arbres. « C’ est en train d’exploser », s’exclame Guillaume, un des responsables du club Parislack.

    font color=red>Les règles du jeu ? Une sangle légèrement élastique tendue entre deux arbres, les équilibristes d’un nouveau genre se relaient, trébuchent, remontent, écartent les bras en l’air pour maintenir un équilibre. Certains « slackent » dans leur coin, d’autres se rejoignent grâce à la page Facebook du club. Selon le niveau, plusieurs variantes de la « slack » existent,  shortline, trickline, jumpline, longline et highline. Le problème majeur à Paris : les « slackeurs » ne sont pas toujours les bienvenus. « On est en train de monter un dossier scientifique à la demande des autorités pour pouvoir pratiquer en toute légalité. Il faut que l’on prouve que ce n’est pas dangereux pour la nature », explique Guillaume.

    font color=red>Pour qui ? Si à l’origine la discipline regroupait surtout des passionnés de sport et de nature, elle s’est largement popularisée.

    font color=red>Parole de coach : « La slackline, c’est quitte ou double. Soit tu deviens accro, soit tu n’accroches pas du tout », estime Guillaume, de Parislack.

    La slackline, c’est quitte ou double

    Retrouvez tous les autres sports de rue sur notre carte

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER