En ce moment

    09/01/2014

    « Un bit-quoi ? I don't know what it is »

    Faut-il sortir de l'Euro pour rentrer dans le Bitcoin ?

    Par Jacques Torrance

    Le Bitcoin a repassé le seuil des 1000$ mais à l'Assemblée on s'accroche au bon vieil Euro quand ce n'est pas carrément au Franc. Un député veut même s'attaquer à la monnaie virtuelle «comme on lutte contre les réseaux de pédo-pornographie».

    1 Les faits

    Lundi 6 janvier, la monnaie virtuelle bitcoin franchissait à nouveau la barre symbolique des 1.000 dollars (735 euros) après la décision de la société en ligne Zynga d’accepter cette devise pour certains paiements. Le bitcoin avait déjà dépassé ce seuil en décembre dernier mais la monnaie électronique avait entre-temps pâti de mises en garde de nombreuses banques centrales (Inde, Chine, France…).

    2 Le contexte

    Le bitcoin est une monnaie électronique conçue en 2009 par un développeur non-identifié, connu à travers le pseudo de Satoshi Nakamoto. La devise n’est adossée à aucun État, banque ou entreprise mais fonctionne sur la logique du peer-to-peer. Sa valeur est déterminée de façon entièrement flottante par l’usage qui en est fait et par le marché des changes. Quant à l’émission monétaire, elle n’est déterminée que par un code informatique open-source. Le nombre de bitcoins devrait progresser lentement jusqu’à atteindre un plafond de vingt-et-un millions d’unités en 2033.

    Les détracteurs de la monnaie numérique pointent sa forte volatilité. Son cours a parfois pu varier du simple au triple en moins d’une semaine et ce à la hausse comme à la baisse. Pour les opposants à la monnaie l’absence de contrôle des différents flux ouvre la porte à une utilisation frauduleuse (blanchiment, trafics, évasion fiscale…).

    Les aficionados du bitcoin rappellent que la jeune monnaie permet des transactions internationales avec beaucoup moins de frais, et soulignent son fonctionnement de pair à pair décentralisé et transparent. Pour eux, la volatilité actuelle du cours du bitcoin est lié au fait que la monnaie est encore jeune et peu développée.

    3 La question de StreetPress

    Vous préférez recevoir un Euro ou un Bitcoin ?

    4 La réponse des députés

    font color=red>Les pro-bitcoins :

    Malek Boutih – PS – Essonne: « Je dirais que j’ai plus confiance dans le bitcoin que dans l’euro ! (…) Je pense que la monnaie électronique va finir par s’imposer. Et le temps que les États comprennent qu’on est en train de les vider de l’intérieur et qu’internet ce n’est pas seulement un petit à côté, un petit jouet… Le regard qu’on a sur la monnaie électronique c’est globalement le regard qu’on a sur la modernité : on dit ce n’est pas vrai, pas solide, alors que c’est notre monde qui n’est pas solide ! »

    Pascal Cherki – PS – Paris : (En apprenant le cours du bitcoin) « Ah bon?! Donnez-moi un Bitcoin ! »

    Razzy Hammadi – PS – Seine-Saint-Denis : « C’est intéressant, parce que c’est déconnecté de l’inflation, je crois. C’est l’usage qui en structure l’utilité… »

    font color=red>Les anti-bitcoins :

    Patrick Ollier – UMP – Hauts-de-Seine : « Un euro, parce que je suis fondamentalement européen ( …) Je suis dans la logique de la construction des États, je ne sais pas raisonner autrement en matière monétaire. »

    Jean-Pierre Door – UMP – Loiret : « C’est de l’argent virtuel, donc on joue au Monopoly »

    Christian Eckert – PS – Meurthe-et-Moselle : « Je pense qu’il faudrait prendre des mesures pour réguler, limiter l’utilisation de ce type de monnaies (…) L’informatique arrive à faire des miracles ».

    Philippe Gosselin – UMP – Manche : « C’est comme lutter contre les réseaux de pédopornographie qui se déplacent, pas seulement de façon physique mais par internet et donc les Etats sont un peu démunis. »

    font color=red>Les ni l’un ni l’autre:

    Nicolas Dupont-Aignan – DLR – Essonne : « Un bon Franc, un Euro-Franc! »

    bqhidden. On joue au Monopoly

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER