En ce moment

    01 / 04 / 2014

    On vous présente le dératiseur le plus tchatcheur de Paris

    Princes de la ville : Charlie Krief, dératiseur à Stalingrad

    Par Jacques Torrance

    Sur StreetPress, retrouvez en vidéo des personnalités dont la notoriété n'est pas allé plus loin que leur quartier. Charlie Krief est le dératiseur le plus célèbre du 19e et veut conquérir Paris avec sa marque : le K-Gel.

    Paris 19e – Avenue de Flandres. Charles Krief, « Charlie » pour les intimes, est probablement le dératiseur le plus tchatcheur de Paris. Mais face aux clients, il prévient :

    « Là je parle avec vous, on discute. Mais aujourd’hui, c’est le produit qui va parler ! »

    Il faut dire que son « produit », Charlie le chérit. Avec son K-gel, le dératiseur de Stalingrad promet la Bérézina aux rats du 19e. Mais aussi aux punaises, avec K-punaise, et à un peu tous les autres insectes avec K-insecticide… En fait, il y a un K pour à peu près tout. Et Charlie le promet, la gamme K – pour Krief, « c’est vraiment le K-top ! »

    D’ailleurs, notre orfèvre de la mort aux rats, qui n’a que la « satisfaction » du client à la bouche, n’hésite pas à comparer son savoir-faire maison à « une marque comme… Dior ».

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER