En ce moment

    26 / 05 / 2014

    « Je viens de faire ma mise à jour de One Piece et c'est très très lourd ! »

    Manga, Game of Thrones et Super Nes : le rappeur Tiers Monde fait son geek

    Par Matthieu Bidan

    Dans ses morceaux, Tiers Monde multiplie les références aux mangas et aux jeux vidéo. Avant de prendre ce blaze, le rappeur havrais se faisait appeler Pad, comme un Joypad. Ça valait bien une interview nostalgie.

    Quand il arrive au Fantôme, un bar du 10è arrondissement, Tiers Monde a les yeux qui brillent. Le rappeur havrais, ancien du duo Bouchées Doubles, vient de sortir son premier album solo, Toby Or Not Toby. Le bar est fait pour lui. Bornes d’arcades, flippers et autres robots lui donnent le tournis. « Oh là ! Faut pas m’emmener dans des endroits comme ça », balance le Tiers à ses acolytes. L’artiste du label Din Records est en sevrage. Tiers Monde Aka Pad est fan de jeux vidéo, de manga et du Japon.

    Avant de t’appeler Tiers Monde, ton surnom c’était Pad. Ça vient d’où ?

    Je suis un gros joueur de jeux vidéo depuis longtemps. Quand j’étais petit, je n’avais pas de console chez moi donc je jouais pas mal à Street Fighter sur Super Nintendo chez un pote. À force de traîner chez lui, mes potes disaient : « Oh il joue comme un joypad, c’est un joypad ! On va t’appeler Pad. » Et ensuite, c’est resté et j’ai commencé à rapper avec ce nom.

    Tu te rappelles de ta toute première console ?

    Je sais plus si c’était la Nes ou la Game Boy. Je jouais pas mal à Tetris à l’époque sur la NES. Sinon, sur la Game Boy, c’était plus Gauntlet. Je sais même plus ce que c’était comme jeu. Je kiffais Tortue Ninja aussi qui était sorti sur Nes à cette époque.


    Tiers Monde : la rechute.

    Tu viens de sortir ton premier album solo, Toby or not Toby. Est-ce que ça a un rapport avec Toby, le personnage de Naruto ?

    Pour les gens qui savent que je suis un gros fan de jeux vidéo, de manga et de Japon, c’est un petit clin d’œil. Mais en réalité, ce n’était pas fait exprès. C’est juste une bonne coïncidence. Selon la personne qui est en face de moi, je peux faire des références à Naruto ou non. Naruto c’est une tuerie ! Mais si je dois faire un top 3, je le mets troisième. Avant il y a DBZ (NDLR. Dragon Ball Z) et One Piece. Je viens de faire ma mise à jour de One Piece et c’est très très lourd !

    En concert, tu portes souvent un pull à l’effigie de Goeffrey de Game Of Thrones, tu es fan du King ?

    Ah non ! Je peux vous rassurer. Mon personnage préféré c’était Khal Drogo (NDLR Le chef des Dothrakis dans la saison 1). C’était lui le vrai boss. Comme quoi ça va très très vite …

    Game of Thrones, c’est ta série préférée ?

    D’abord, il faut dire que je suis fan de séries en général. Après, le truc avec Game Of Thrones, c’est que j’arrive à rester fan malgré toute la hype qui existe autour. D’habitude, dès qu’il y a un buzz, ça me repousse plus qu’autre chose. Mais là, comme la série est vraiment de qualité, j’arrive à rester fan. C’est vraiment ma série du moment. Tous les lundis soir, je me dépêche de regarder le dernier épisode. Mais il faut l’avouer, c’est aussi pour éviter de me faire spoiler. C’est infernal ça ! Les infos se retrouvent sur les réseaux sociaux, t’as les proches qui t’en parlent… Ça tue le truc, ça démonte le suspens. Les mecs te gâchent ta soirée.

    Tu es un grand fan du Japon aussi. T’y as été en voyage avec Sébastien Abdelhamid, le geek de Canal Plus ?

    Oui, il nous a invités il y a un an et demi. On est pote avec Sébastien Abdelhamid. On est resté dix jours, on a pu visiter Tokyo et le Tokyo Game Show. C’était la première fois que j’y allais, mais ça a un peu cassé mon rêve japonais. Je pensais que les Japonais étaient toujours très respectueux. En réalité, ils sont très respectueux le jour et très fous la nuit. Ils ont aussi leur côté Pigalle, il faut le savoir !

    Clip – « Phénix », premier extrait de l’album Toby Or Not Toby, tourné façon jeux vidéo en 2D


    Du joypad au tilt

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress