En ce moment

    09/04/2015

    Avec son pinceau, Blase ajoute des détails-chocs sur des « peintures chiantes »

    L’artiste qui hackait les tableaux des grands-mères

    Par Rachel Sfez

    Le truc de Blase, c’est le détournement. A une nature morte du 18e, l’artiste ajoute une ligne de coke. Sur une paisible aquarelle, il peint un maccabée. Toujours ses pinceaux à portée de main, « le faussaire élégant » répond à la caméra de StreetPress.

    Gamin, Blase aidait ses parents brocanteurs à vider des baraques pleines de bibelots et de peintures. Au fil des années, ce jeune auvergnat se prend d’amour pour les toiles vieillottes qu’il s’amuse à restaurer. Puis à détourner : « Entre peindre une partie manquante sur un tableau et rajouter des objets qui n’existaient pas, techniquement ça ne fait pas de grand différence. »

    Sans jamais ôter la signature de l’auteur, le grand garçon de 33 ans rajoute des détails-chocs sur des peintures chiantes… des signes de gang sur le portrait d’un notable moustachu, ou un gode entre les mains d’une petite fille agenouillée sur un prieur. Son plus grand rêve ? Que dans un siècle une de ses toiles tombe entre les mains d’un historien de l’art :

    « Ca me ferait marrer qu’il cherche des explications à la con pour expliquer le tableau. »

    Entre son atelier et les murs blancs de la galerie où il expose, on a passé quelques heures avec l’artiste joufflu pour qu’il nous explique les secrets de ce qu’il appelle son « comique visuel ».

    > Retrouvez les toiles de Blase sur son site

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER