En ce moment

    03 / 03 / 2017

    Contre Fillon et Le Pen, manif place de la République dimanche

    Par Sarah Lefèvre

    Il n’y pas que Fillon qui a le droit à son rassemblement ce dimanche. Place de la République, des militants se mobilisent pour dénoncer la corruption des élus et les charges répétées contre la justice.

    Pour tous ceux qui ne se sentiraient pas à leur place au Trocadéro à Paris ce dimanche, en soutien à François Fillon, il y a une alternative. Amaury, un jeune militant PS, et ses potes ont décidé d’organiser une contre-manif pour dénoncer la corruption des candidats à la présidentielle. Dans l’orga’, on retrouve quelques anciens de Nuit Debout… et pas mal de militants verts et socialistes. Raphaël Glucksmann et Evan O’Connel, vice président de la section parisienne du parti travailliste britannique, ont depuis rejoint la petite bande.

    Le Collectif pour la justice, l’état de droit et contre la corruption donne rendez-vous à 15h, ce dimanche, place de la République à Paris. « Deux des principaux candidats à l’élection présidentielle sont sous enquête ou embarqués dans des procédures judiciaires. Dans n’importe quelle autre démocratie moderne, ils ne pourraient se présenter », annoncent les organisateurs sur leur page Facebook.

    « Les gens sont énervés que ces politiques sous le coup d’enquêtes judiciaires continuent à s’en prendre aux juges et aux journalistes », fulmine Amaury quand StreetPress lui passe un coup de fil :

    « Alors qu’ils sont mis en examen, des candidats comme Fillon ou Marine Le Pen osent parler d’“assassinat politique” ou de “coup d’état des juges” : c’est une violence sans nom contre les institutions. Il faut arrêter ça ! ».

    Et surtout, n’oubliez pas les casseroles.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER