A Paris, le PS construit beaucoup de logements sociaux… pour les riches

15 Mars 2017

par Noa Majis, (prénom modifié), 30 ans, agent public en charge des questions de logement à Paris.

Oui, la mairie de Paris a construit beaucoup de logements depuis l’élection de Delanoë en 2001. Sauf qu’elle a largement favorisé le logement intermédiaire , destiné aux plus aisés !

« Les chiffres du logement social à Paris » publiés par l’Atelier parisien d’urbanisme en 2016 permettent de dresser un bilan de la politique menée par le Parti Socialiste en la matière entre 2001 et 2015.

Si l’effort est réel, il est résolument orienté en faveur des ménages favorisés de la capitale.

Plus de 4.000 logements par an à Paris, c’est pas mal

Dans l’imaginaire collectif, le logement social n’existait pas à Paris avant l’arrivée des socialistes, ou de façon marginale, pour loger des élus de la République et leurs amis.

La réalité est toutefois un peu différente. En fait, à l’arrivée du PS en 2001, la ville comptait 135.533 logements sociaux.

14 ans plus tard, au 1er janvier 2015, 221.917 logements sociaux étaient comptabilisés sur le territoire de la commune au titre de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU). La mairie atteignait ainsi 19,1 % de logements sociaux parmi le parc total de logements, et était donc très proche de l’objectif des 20 % que cette loi fixait jusqu’à 2013.

Cet effort correspond à un bond de 83.384 logements agréés entre 2001 et 2015. Comme seulement 60.748 de ces logements agréés étaient « livrés » fin 2015 (c’est-à-dire effectivement construits et disponibles à la location) cela représente 4.050 nouveaux logements par an.

Cependant, et malgré les opérations de communication sur le « logement social partout », l’offre reste excessivement déséquilibrée : trois arrondissements (13e, 19e et 20e) concentrent toujours plus de 44 % de l’offre.


« 44 pourcent du logement social a été construit dans 3 arrondissements : le 13e, le 19e et le 20e »

Noa Majis, Agent public

Mais plus que le nombre total de logements « créés », dont l’ampleur peut difficilement être remise en question, le vrai point d’interrogation concerne le public auquel s’adressent ces nouveaux logements sociaux.

De nouveaux logements destinés à la classe moyenne

Rappelons tout d’abord que le logement social n’est pas un bloc monolithique. On distingue trois types de logement social, selon le prêt ayant servi à son financement : PLAI, PLUS, PLS.
Le logement PLUS est le logement social « de base », la référence à partir de laquelle les tarifs et conditions d’accès au PLAI et au PLS sont fixés. Les logements PLAI sont plus abordables que les logements PLUS, les logements PLS sont plus chers.

Voici un tableau récapitulatif :


Si peu de Parisiens savent qu’ils peuvent prétendre à un logement social lorsque qu’ils gagnent plus de 2.000 € par mois encore plus rares sont ceux à avoir compris que c’était particulièrement pour eux que l’on en construisait.


« Rare sont les Parisiens qui savent qu’ils peuvent prétendre à un logement social lorsqu’ils gagnent plus de 2.000 euros par mois »

Noa Majis, Agent public

En effet, les logements financés entre 2001 et 2015 l’ont été à 44,6 % en PLUS, à 29,8 % en PLS et à 25,6 % en PLAI.

Or, cette répartition n’a que peu à voir avec la réalité de la demande : si seulement 9,4 % des demandeurs inscrits fin 2015 sont éligibles aux critères du PLS il s’agit du mode de financement de près de 30 % des nouveaux logements sociaux. A contrario, moins de 26 % des logements sont financés en PLAI alors que plus de 70 % des demandeurs y sont éligibles.

Pour résumer, ce diagramme présente le nombre de logements par catégorie de financement comparé au nombre de demandeurs pouvant y prétendre fin 2015 :

Les pauvres ne sont plus les bienvenus

On savait déjà depuis un certain temps que les grandes opérations menées par le PS dans la capitale en matière d’habitat à loyer modéré se faisaient au détriment du logement social « de fait » : des appartements au loyer relativement bas occupés par des ménages aux revenus modestes étaient remplacés par des constructions neuves ou réhabilitées avec des surfaces plus importantes, entrainant une baisse du nombre d’appartements.

On sait désormais qu’en plus de réduire l’habitat disponible pour les ménages aux revenus les plus bas, la plupart des opérations ont purement et simplement visé à évacuer la capitale de ses pauvres.

Propos recueillis par Sarah Lefèvre