En ce moment

    16 / 03 / 2017

    Le parquet de Rennes ouvre une enquête sur la mort de Babacar Gueye, abattu par la police

    Par Maxime Grimbert

    En décembre 2015, Babacar Gueye était abattu par la police de Rennes. Une première plainte de sa famille avait été classée sans suite par le parquet. Ce jeudi 16 mars, une instruction judiciaire a finalement été ouverte.

    Selon des informations de StreetPress, le parquet de Rennes a ouvert ce jeudi 16 mars une instruction judiciaire sur la mort de Babacar Gueye. Ce jeune homme de 27 ans avait été abattu par la police à Rennes, le 3 décembre 2015.

    En août 2016, une première plainte de la famille de Babacar avait été classé sans suite après qu’une enquête de l’IGPN a conclu que les policiers avaient agi en état de légitime défense. La famille du jeune homme a alors décidé de déposer une nouvelle plainte avec constitution de partie civile. Cette victoire a un goût amer. Un proche du dossier commente :

    « Le truc, c’est que les mémoires s’estompent. D’une manière générale, le temps émousse les preuves. »

    >> Relisez notre enquête sur la mort de Babacar

    Babacar s’auto-mutile

    En avril 2016, StreetPress vous racontait l’histoire de Babacar. Le 3 décembre 2015, il dort chez un pote, Pierre. Au milieu de la nuit, le jeune Sénégalais de 27 ans est pris de ce qui semble être une crise de démence. Avant de se coucher, les deux compères n’ont pas fumé, ni bu une goutte. Devant les yeux de son pote, Babacar s’automutile avec un couteau. Alerté par l’état de son ami, Pierre finit par appeler les secours.

    En lieu et place des pompiers, la police débarque pour interpeller Babacar. Ce dernier ne lâche pas sa lame. La police tire à 5 reprises puis menotte Babacar. Il décède quelques instants plus tard.

    Contacté par StreetPress, le parquet de Rennes n’a pas donné suite à nos demandes d’interview.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress