En ce moment

    23 / 01 / 2012

    « A vos ordres mon Fürher ! »

    Le worst-of hebdo de la presse d'extrême droite

    Par Johan Weisz

    Une revue de presse avec «A vos ordres mon Fürher !» dans Rivarol qui pour certains de ses lecteurs est en voie de dépasser «Je suis partout». «Minute» lui se paye Ruquier. Et un nouveau journal lancé par Batskin l'ancien leader skinhead.

    Un nouveau venu dans cette revue de presse : Un nouveau titre fait son apparition dans la presse nationaliste. C’est « Salut Public », avec aux commandes Serge Ayoub aka Batskin, l’ancien leader des skinheads parisiens. « Salut Public » est un nouveau journal solidariste qui défend une ligne anti-système ni libérale ni socialiste.

    On retrouve notamment dans « Salut Public » la signature de Christian Bouchet, figure historique du mouvement national-révolutionnaire. Ce mensuel coûte 3 euros et fait 12 pages. Parmi lesquelles un très bon article consacré à l’ethno folk en Europe centrale et en Russie dans lequel on a découvert la chanteuse Ceca, « chanteuse la plus populaire des Balkans, elle est la veuve du leader nationaliste Arkan recherché par Interpol comme “criminel de guerre” » :

    Salut Public est pour l’instant en vente dans 3 librairies parisiennes mais annonce être présent en kiosque dans toute la France à partir de février.


    Salut Public, un nouveau journal solidariste bientôt dans vos kiosques

    L’article le plus mariniste est dans Minute qui se paye en Une Laurent Ruquier, coupable d’avoir refusé de l’inviter jusqu’à présent dans son émission et également d’avoir déclaré : « Les musulmans, quand ils prient, se tournent vers la Mecque et Marine le Pen, quand elle parle, se tourne vers les cons ». Minute jubile : Ruquier accueillera finalement en plateau Marine le Pen le 16 février.

    L’article le plus nazi est dans Rivarol. Titré « A vos ordres mon Führer ! » , c’est une chronique dithyrambique du parcours du « SS-Oberstuguppen und Generaloberst der Waffen-SS » Sepp Dietrich . Le papier s’appuie sur un ouvrage posthume de Jean Mabire consacré au criminel nazi Joseph Dietrich et utilise les typographies authentiques « SS » de la Waffen SS. Rivarol revient sur le parcours de Dietrich pendant la Première guerre mondiale :

    « Dietrich va livrer bataille contre les rouges, vautours spartakistes sentant l’odeur du sang et d’une Allemagne fragilisée ; brutale agression perpétrée contre une patrie trop fière pour les rats apatrides ou venus d’ailleurs. (… ) Mais si le danger bolchévique le plus impérieux a été neutralisé, l’Allemagne reste menacée par la démagogie judéo-socialiste… »

    Un peu plus tard sur le rôle de Dietrich, pendant la nuit des longs couteaux :

    « Dietrich respecte scrupuleusement les ordres d’Hitler et fait exécuter colonels et généraux de la SA au petit matin. Car c’est lui qui est depuis 1933 chargé de commander la garde du corps du maître avec la leibstandarte SS Adolf Hitler ! »

    Ruquier : Marine le Pen, quand elle parle, se tourne vers les cons


    Félicitations à nos confrères de Rivarol qui ont retrouvé pour l’occasion les typographies originales des « S » de Waffen SS

    L’article le plus royaliste est dans Présent , qui célèbre « le 21 janvier, anniversaire de la mort du roi Louis XVI » . Le journal consacre une page au site de la basilique de Saint Denis et rappelle que c’est là « que sera prononcé le célèbre “le roi est mort, vive le roi !” à la mort de Charles VI ».

    Enfin, le courrier des lecteurs de la semaine est dans Rivarol . L’auteur célèbre la « louable liberté de ton de Rivarol », revient sur le fight entre ce titre et son confrère « l’Action Française » que nous avions signalé il y a 2 semaines :

    « Mais une feuille résiste et elle fait même mieux que les brillantes feuilles d’avant-guerre : Je suis partout, Candide, Gringoire, L’Action française, parce que le climat actuel est encore plus hostile et délétère. »

    C’est vrai que Rivarol a marqué des points cette semaine.

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress