En ce moment

    09 / 04 / 2010

    Le Village de l'Autisme à Paris: Récolter des fonds pour construire des écoles mixtes

    Par Louise Duclos

    Du 2 au 5 avril se tenait à Paris le Village de l'Autisme, sur la place du Trocadéro. L'objectif: Récolter des fonds pour construire des écoles mixtes, mêlant enfants autistes et enfants ordinaires.

    L’association Vaincre l’autisme a installé toute cette semaine le Village de l’autisme, place du Trocadéro. Organisé autour de 6 tentes thématiques avec des animations, l’association espérait récolter un maximum de fonds pour ses projets de réintégration des autistes en société.

    Futuroschool, l’école qui mêle enfants autistes et enfants normaux

    Leur projet le plus ambitieux: Futuroschool. Il promeut la mixité entre enfants autistes et enfants ordinaires autour de programmes individualisés avec une forte guidance parentale (10h de travail pour les parents), et des professionnels (psychomotriciens, psychologues, orthophonistes). Les programmes se composent de “différents petits exercices dans tous les domaines : les interactions sociales, l’autonomie, les performances visuelles, l’imitation…” pour faciliter d’adaptation.

    Rompre l’isolement des enfants autistes pour qu’ils se développent

    Pour vaincre cette maladie psychique ou génétique, rediriger vers la psychiatrie n’est pas la solution. Chercheurs, parents, éducateurs et acteurs scientifiques semblent mieux répondre à ce problème. Le psychologue David Scholier explique: « Si vous mettez des enfants autistes entre eux, comme ils ont tous d’importants déficits au niveau des interactions sociales et de la communication, il va être très difficile de travailler tous ces comportements.».

    Il existe déjà une première école à Paris depuis 2004 et une autre vient d’être créée à Toulouse. Cependant, les 11 autres projets ne sont pas pu être monté, à défaut de financement.

    Pour en savoir plus, le site web de l’association Vaincre l’autisme

    Source: Louise Duclos | StreetPress

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress