En ce moment

    18 / 10 / 2012

    Les deux hommes ont co-écrit Don't Panik, un livre qui sort aujourd'hui

    Entre Medine et Pascal Boniface, qui a la plus belle prose ?

    Par Gurvan Kristanadjaja

    À l'occas' de la sortie du livre de Boniface en featuring avec Medine, les deux compères donnaient cette semaine une conférence. L'un est géopolitologue, l'autre est rappeur, de quoi fournir une belle battle de punchlines sociologiques.

    Dès l’arrivée dans la salle de l’Institut du Monde Arabe, où se tient la conférence, le tableau est dressé. Un public black-blanc-beur, principalement jeune, et au milieu de la scène, Medine et Pascal Boniface expliquent leur démarche. L’un est en costard cravate, l’autre en t-shirt basket. Que ces deux-là écrivent un bouquin ensemble, c’est assez… inattendu (et le terme est faible). Pascal Boniface est un géopolitologue, maître conférencier à Sciences Po et spécialiste du monde arabe. Medine, lui, est un rappeur engagé, qui “souhaite briser les clichés”. Deux plumes reconnues dans leur milieu respectif. StreetPress a écouté qui du scientifique ou du chanteur a la plus belle prose.

    La meilleure punchline. Medine, à propos de la communauté arabo-musulmane : « Les arabes sont comme des cartes bancaires pour les politiques. Ils ont du mal à être vus comme des cartes électorales. » Même si on ne comprend pas tout, ça sonne bien.

    Medine 1 – Boniface 0

    La phrase qui dérange. Pascal Boniface : « Nan mais soyons clairs, la communauté arabo-musulmane est beaucoup mieux intégrée qu’il y a vingt ans. » Le gars devant moi se sentant concerné tique et dit à son pote assis à côté de lui : « N’importe quoi… Qu’il vienne voir par lui-même. »

    Medine 2 – Boniface 0

    La phrase tout droit sortie d’un film à l’eau de rose. Medine, à propos de l’expérience que lui a apporté ce livre : « En fait ce bouquin, c’est l’histoire d’un dialogue entre un rappeur musulman, et un géopolitologue athée, préfacé par une juive, et édité par une maison d’édition chrétienne. » C’est beau.

    Medine 3 – Boniface 0

    L’expression qui tombe à l’eau. « Je voulais pas que ce livre rentre dans une sorte de miélosité… » Miélosité, vraiment ? Ne parle pas comme un sociologue qui veut.

    Medine 3 – Boniface 1

    La question qui décrédibilise. Un jeune homme prend le micro et s’adresse à Pascal Boniface : « Vous n’avez pas peur en vous associant à Medine pour ce livre, que ça vous fasse une sorte d’effet Dieudonné, que ça vous ferme des portes à l’avenir dans le milieu ? », puis il s’adresse à Medine : « Et quant à vous, êtes-vous toujours en clash avec Skyrock ? » La salle rit. Un écrivain en clash avec Skyrock, y’a de quoi, remarque.

    Medine 3 – Boniface 2

    L’uppercut de la victoire. Medine à propos de sa diffusion à la radio : « Moi c’est Internet qui m’a fait connaître. C’est pas les radios. Pourquoi vous me connaissez, pourquoi vous écoutez mon message ce soir ? C’est grâce à Internet ». Une révolution arabe à lui tout seul. Rien que pour ça, il mérite le point. Et parce que Pascal Boniface a avoué : « je serais incapable de rapper », alors que Medine, lui, peut « sociologuer ».

    Medine 4 – Boniface 2

    La victoire revient donc à Medine. Malgré quelques maladresses, un style atypique, et ses airs d’Abd Al Malik low cost, son art de la métaphore efficace a fait la différence.

    Don’t panik : N’ayez pas peur !


    Medine – Besoin de révolution

    bqhidden. Les arabes sont comme des cartes bancaires pour les politiques. Ils ont du mal à être vus comme des cartes électorales

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER