En ce moment

    24/05/2010

    Mais qu'est ce qu'ils foutent à Cannes? Julie Gayet, actrice et productrice

    Par Jacques Torrance

    Septième volet de la série «Mais que viennent-ils faire à Cannes?» Aujourd'hui Juliet Gayet qui a laissé de coté les plateaux pour promouvoir le documentaire palestinien qu'elle a produit: Fix Me, ou comment réussir sa psychanalyse à Ramallah.

    Salut Julie, c’est quoi ton parcours dans la production?

    J’ai déjà tourné dans plusieurs films difficiles, comme Select Hotel, pour lesquels j’avais mis mon salaire en participation, aidé le réalisateur à faire les ventes et mis beaucoup de gens en contact. Pour poursuivre dans cette voie, on a monté Rouge International il y a 3 ans. Et, en 2007, on avait vu Raed Andoni « pitcher » son projet Fix Me au Festival de Locarno. On a été séduit par ce ton assez cynique et en même temps drôle, avec de l’humour. Raed est une sorte de Woody Allen palestinien, on n’avait jamais vu ça. Une fois le film terminé, on est d’abord allé à Sundance en sélection officielle, puis nous voici à l’ACID à Cannes, qui est une sélection très importante pour nous, car vue par tous les exploitants de France, c’est à dire toutes les salles de cinéma. On va tout donner pour faire parler du film, pour le soutenir et le porter jusqu’au bout du bout.

    Fix Me est un docu-fiction, qu’elle a été la part de la scénarisation?

    Avant le tournage, Raed Andoni a travaillé avec Olivier Lorelle, scénariste reconnu en France. Plusieurs thématiques se dégageaient, comme le fait de se sentir différent des autres dans un pays où l’on est obligé d’intégrer un groupe et de prendre position pour ou contre Israël. Il y avait aussi cette réflexion sur la position de l’artiste et sur le sentiment de faiblesse, dans une région où l’homme se doit d’être fort. Ensuite, une équipe européenne (Fix Me est une production France/Palestine/Suisse, ndlr) est allée filmer la thérapie de Raed en Palestine; l’équipe ne parlait pas arabe et il était important qu’ils ne comprennent pas, car il s’agit d’une réelle thérapie. Malgré l’écriture, Raed ne savait pas ce qui allait se passer, c’était son premier contact avec la thérapie, car ce n’est vraiment pas quelque chose qui se fait à Ramallah. La psychanalyse n’est pas ancrée en Palestine, comme elle peut l’être à New York ou en Argentine. Au final, le film est plus émouvant que ce à quoi on s’attendait : il y a une vraie sincérité qui s’en dégage, Raed ne joue pas, il ne triche pas. 

    Julie Gayet Bio Express:

    3 juin 1972: Naissance à Suresnes
    1992: Premier apparition à l’écran dans Premiers Baisers. Elle y gilfe Luc et Jérôme, mais n’est pas crédité
    1996: Delphine dans Delphine 1, Ivan 0
    2005 Isabelle de France dans Les rois maudits sur France 2
    2006: Nathalie dans Mon meilleur ami
    2009: Productrice de Fix Me avec sa boite de production Rouge International

    Le film parle à un moment de la créativité, qui serait “liée à l’ennui”. Quelle est votre définition de la créativité ?

    Dans Huit fois debout, qu’on a produit, il y a une grande tirade de Denis Podalydès qui parle du doute et de la nécessité d’avoir des gens qui doutent dans la société. Alors je dirais que la créativité c’est le doute, c’est se remettre en question et douter sans cesse, car il est parfois nécessaire de regarder le plafond sans bouger. Mais c’est une position très fragile à défendre; c’est pourquoi je suis très fière qu’on ait aidé Fix Me. J’aime beaucoup le doute, et particulièrement le doute de Raed Andoni. Après Cannes, je pense qu’on va monter le syndicat du doute avec Rouge International.

    Et sinon, l’ambiance de Cannes ça te plait?

    Il y a tellement d’aspects. Il y a d’abord le côté boîte de nuit/soirées avec des gens qui ne sont même pas dans le cinéma. Il y a ensuite le côté paillettes/glamour/protocolaire, que je continue à adorer, car j’aime les stars et j’aime les voir. Et puis il y a, sous l’iceberg, tout le marché, qui est la véritable âme du Festival. C’est là que sont les gros bosseurs, les vendeurs du monde entier, qui permettent au cinéma d’exister partout. Comme comédienne, j’ai toujours fait des gros films qui ont payé les petits films. Et donc tant mieux s’il y a de l’argent dans le cinéma et si les gens vont voir de grandes stars, qui permettent aussi de faire des films comme Fix Me. Et puis c’est vraiment essentiel que l’ACID existe, ils offrent une superbe visibilité aux films fragiles.

    Quand est-ce que Fix Me devrait sortir en France?

    Le film a déjà un distributeur en France, Sophie Dulac. Il devrait sortir à la fin de l’année. J’espère qu’on arrivera à en parler, que tout le monde en parlera; on va faire un boulot de fond et essayer de toucher les gens partout.








    En partenariat avec Fluctuat

    *A lire aussi sur StreetPress les six premiers volets de la série « Mais qu’est-ce qu’ils foutent à Cannes ? » avec Gerry Canon à la recherche de l’Arche d’AllianceLe porno en 3D, Gilles vendeur à la criée bègue , Stéph et Jérémy adeptes des Passes Magiques , Eric Roux, Ministre de l’Église de Scientologie et Arnaud Van De Casteele, Docteur en Absinthologie , Le festival vu du camping

    Source: Jacques Torrance | StreetPress et Fluctuat

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. A titre d’exemple, nous avons calculé les moyens engagés pour une enquête écrite et vidéo consacrée aux soutiens armés d’Eric Zemmour.

    campagne 2021 Je soutiens StreetPress  
    mode payements