En ce moment

    24/07/2013

    Olivier a adoré rencontrer les Maori en Nouvelle-Zélande

    Par Camille Hamet

    Face à des touristes en mal d'exotisme, certains ont fait de leur patrimoine ou de celui d'une minorité exploitée un business florissant. «Femmes-girafe», Lisu, zoulou, 10 récits de ballades dans des zoos où les hommes ont remplacé les singes

    C’est où : Difficile d’échapper à la visite d’un village maori quand on voyage en Nouvelle-Zélande, où le tourisme repose essentiellement sur cette culture autochtone, le rugby et « Le Seigneur des anneaux ». Olivier y est passé en 2011, dans la banlieue de Nelson. Et il a adoré.

    Les gens : Les Maoris sont les premiers habitants de la Nouvelle-Zélande, où ils représentent aujourd’hui environ 15% de la population. Leurs légendes et leurs coutumes ancestrales continuent de fasciner les touristes.

    Comment ça se passe : Pour 100 dollars, on peut passer 5 heures dans un camp maori. Au programme, un délicieux repas traditionnel, une ballade mystique dans la forêt et un spectacle.

    Le trip : « Le camp faisait hyper factice et j’ai entraperçu des types habillés normalement en train de fumer des clopes, donc je n’étais pas dupe, mais ce n’était pas du tout malsain. J’ai passé un très bon moment. Bien sûr, ça reste pour faire du pognon, mais les Maoris sont très fiers de leur culture et ils sont vraiment heureux de la faire partager. Ils ne semblaient pas du tout exploités, au contraire. Ce sont des gens parfaitement intégrés, qui ont accès au travail, à l’éducation et à la santé. »

    Map – Sinon en Nouvelle-Zélande, y’a aussi tout plein de moutons…

    Part 1 Pour retrouver la première partie de nos récits de vacances dans des zoos humains, c’est ici

    Map font color=grey>- Pour afficher un lieu sur la carte, passez la souris sur l’icône et cliquez sur le nom du lieu

    > Pour retrouver le guide de voyage de StreetPress

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER