En ce moment

    24/07/2013

    Alexandra prend des conseils capillaires dans un village maya au Guatemala

    Par Camille Hamet

    Après les aventures de Romain chez les Zoulous et de Camille avec « les femmes-girafes », suite et fin de nos 10 récits d'aventures (trop) organisées dans des villages autochtones.

    C’est où : Le lac Atitlán, au sud-ouest du Guatemala, est connu pour être bordé de villages imprégnés de la culture maya. Alexandra y est allée avec ses parents quand elle avait 12 ans.

    Les gens : Les Mayas sont des Amérindiens vivant dans le sud du Mexique, au Guatemala, au Belize et au Salvador. Certains vivent de manière traditionnelle.

    Comment ça se passe : Dès leur arrivée en bateau, Alexandra et ses parents sont accueillis par des habitants bien décidés à leur vendre des produits artisanaux. D’autres vont les accompagner à travers le village. Ils portent des costumes traditionnels.

    Le trip : « J’étais très jeune, donc ça a été un vrai choc culturel de voir que des gens vivent dans de simples baraques avec leurs poulets. Mais ils sont très accueillants, très ouverts, et si on parle un peu Espagnol, il est facile d’établir un contact avec eux. Ma mère a même demandé la marque de son shampoing à une femme qui avait des cheveux magnifiques. Dommage que je ne me souvienne pas de la réponse. »


    Map – Le lac Atitlán, c’est par là

    Part 1 Pour retrouver la première partie de nos récits de vacances dans des zoos humains, c’est ici

    Map font color=grey>- Pour afficher un lieu sur la carte, passez la souris sur l’icône et cliquez sur le nom du lieu

    > Pour retrouver le guide de voyage de StreetPress

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER