En ce moment

    24 / 07 / 2013

    Laure coincée sur une pirogue dans un village flottant au Cambodge

    Par Camille Hamet

    Après les aventures de Romain chez les Zoulous et de Camille avec « les femmes-girafes », suite et fin de nos 10 récits d'aventures (trop) organisées dans des villages autochtones.

    C’est où : Quand ses parents lui ont rendu visite au Cambodge, où elle a vécu pendant 9 mois, Laure les a emmenés voir les villages flottants de Kampong Phluk et Kampong Khleang, dans la région de Siem Reap. Ils en sont revenus « ébahis ».

    Les gens : Les habitants du lac Tonlé Sap ont construit leurs maisons sur des pilotis ou sur des bases de bambous qui leur permettent de flotter. Le bateau est le seul moyen de se déplacer dans ces villages.

    Comment ça se passe : C’est un bateau qui emmène les visiteurs jusqu’au premier village, pour 15 dollars. Après une pause dans un café, et encore 5 dollars par personne, une pirogue et un guide prennent le relais.

    Le trip : « C’est une ballade magnifique sur le plan esthétique, les paysages t’en mettent plein la vue. Sur le plan éthique, en revanche, on peut se poser des questions. Les habitants te regardent passer et tu les regarde vivre. Tu les prends en photo sans pouvoir leur demander l’autorisation, coincé sur ta pirogue. Pour moi qui parle un peu la langue, c’était frustrant de ne pas pouvoir discuter avec eux. »

    Map – Le Tonlé Sap, plus grand lac d’eau douce d’Asie du Sud-Est

    Part 1 Pour retrouver la première partie de nos récits de vacances dans des zoos humains, c’est ici

    Map - Pour afficher un lieu sur la carte, passez la souris sur l’icône et cliquez sur le nom du lieu

    > Pour retrouver le guide de voyage de StreetPress

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress