En ce moment

    13/02/2014

    Recruterez-vous le candidat frontiste ?

    Municipales : l'entretien de stage de Wallerand de Saint-Just

    Par Johan Weisz

    Machine à café, pire défaut… Wallerand de Saint-Just est-il vraiment fait pour le job ? Le candidat FN à la mairie de Paris passe son entretien de stage avec StreetPress, dans le cadre d'une émission sur Radio Campus Paris 93.9FM

    De ses années au GUD lorsqu’il était étudiant à Assas au redressement des finances du FN en passant par sa participation à l’occupation de Saint-Nicolas de Chardonnet, c’est le profil idéal du stagiaire dynamique et tout entier dévoué à la cause qui nous est ressorti du CV de Wallerand de Saint-Just, tête de liste Front National/Rassemblement Bleu Marine pour les municipales à Paris. Convoqué pour un entretien, c’est avec entrain qu’il a évoqué sa dernière « Nuit Blanche » alcoolisée, les « us et coutumes » de certaines populations de banlieues qui feraient baisser la valeur de l’immobilier dans ces quartiers, ou encore sa volonté, une fois préposé à la machine à café, de « réveiller » les élus. Un mordu de travail, qui bien qu’émargeant à 100.000 euros net par an, estime n’avoir « jamais bien gagné [sa] vie»…

    Entretien de stage Machine à café, pire défaut… Wallerand de Saint-Just est-elle vraiment fait pour le job ? Le candidat par ailleurs trésorier du Front National répond à StreetPress.

    Bonjour monsieur, je vous serre la main, bienvenue !

    Merci beaucoup de me recevoir…

    Je vois que vous avez une belle cravate… Pas comme l’écolo de la semaine dernière qui n’avait pas de cravate

    Ils le font exprès, peut-être…

    Asseyez-vous. Alors, dites-moi, vous postulez pour un stage à la mairie de Paris, stage de 6 ans, non rémunéré…. Vous remplacerez l’ancien stagiaire qui part à la retraite. Mais dites-moi, un stage non rémunéré… ça ne vous pose pas de problème ?

    Si, parce que j’ai besoin de nourrir ma famille, et si je ne peux plus exercer mon métier – parce que je crois que quand on est maire de Paris on ne peut pas faire deux choses en même temps – à ce moment-là…

    Parce que moi je croyais que vous faisiez ça pour la gloire, et puis c’est vrai qu’à la mairie de Paris on en a pas mal des stagiaires non rémunérés…

    Oui, enfin je dirai ça à ma famille, on verra…

    Bon, attendez que je retrouve votre CV… Vous me rappelez votre nom ?

    De Saint-Just

    Ah ! C’est aristo, ça, non ?

    Oh… oui, oui, enfin c’est ce qu’on appelle des hobereaux : mon père était agriculteur, tout le monde a toujours été agriculteur dans ma famille, et on est originaires de l’Artois et de la Picardie.

    Saint-Just, Saint-Just, attendez que je retrouve votre CV… Wallerand… C’est original comme prénom, ça vient d’où ?

    C’est un nom de famille, aussi, dans le nord de la France. Vous voulez vraiment que je vous dise d’où ça vient ? C’est la germanisation du prénom latin Galeranus. Comme Guillaume qui a donné Wilhem, le « g » latin donne le « w » allemand, flamand ou wallon. Et c’est comme ça que Galeranus a donné Wallerand. Et le Galeranus, le saint Galeranus, a fondé l’abbaye bénédictine d’Ourscamp, à côté de Noyon.

    Donc c’est un nom d’origine allemande ?

    Non, latine…

    Ah, oui, latine. J’ai cinq minutes à vous accorder, donc on va quand même aller vite… Quel est votre pire défaut, monsieur de Saint-Just ?

    La paresse.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER