En ce moment

    13 / 02 / 2014

    Recruterez-vous le candidat frontiste ?

    Municipales : l'entretien de stage de Wallerand de Saint-Just

    Par Johan Weisz

    Machine à café, pire défaut… Wallerand de Saint-Just est-il vraiment fait pour le job ? Le candidat FN à la mairie de Paris passe son entretien de stage avec StreetPress, dans le cadre d'une émission sur Radio Campus Paris 93.9FM

    De ses années au GUD lorsqu’il était étudiant à Assas au redressement des finances du FN en passant par sa participation à l’occupation de Saint-Nicolas de Chardonnet, c’est le profil idéal du stagiaire dynamique et tout entier dévoué à la cause qui nous est ressorti du CV de Wallerand de Saint-Just, tête de liste Front National/Rassemblement Bleu Marine pour les municipales à Paris. Convoqué pour un entretien, c’est avec entrain qu’il a évoqué sa dernière « Nuit Blanche » alcoolisée, les « us et coutumes » de certaines populations de banlieues qui feraient baisser la valeur de l’immobilier dans ces quartiers, ou encore sa volonté, une fois préposé à la machine à café, de « réveiller » les élus. Un mordu de travail, qui bien qu’émargeant à 100.000 euros net par an, estime n’avoir « jamais bien gagné [sa] vie»…

    Entretien de stage Machine à café, pire défaut… Wallerand de Saint-Just est-elle vraiment fait pour le job ? Le candidat par ailleurs trésorier du Front National répond à StreetPress.

    Bonjour monsieur, je vous serre la main, bienvenue !

    Merci beaucoup de me recevoir…

    Je vois que vous avez une belle cravate… Pas comme l’écolo de la semaine dernière qui n’avait pas de cravate

    Ils le font exprès, peut-être…

    Asseyez-vous. Alors, dites-moi, vous postulez pour un stage à la mairie de Paris, stage de 6 ans, non rémunéré…. Vous remplacerez l’ancien stagiaire qui part à la retraite. Mais dites-moi, un stage non rémunéré… ça ne vous pose pas de problème ?

    Si, parce que j’ai besoin de nourrir ma famille, et si je ne peux plus exercer mon métier – parce que je crois que quand on est maire de Paris on ne peut pas faire deux choses en même temps – à ce moment-là…

    Parce que moi je croyais que vous faisiez ça pour la gloire, et puis c’est vrai qu’à la mairie de Paris on en a pas mal des stagiaires non rémunérés…

    Oui, enfin je dirai ça à ma famille, on verra…

    Bon, attendez que je retrouve votre CV… Vous me rappelez votre nom ?

    De Saint-Just

    Ah ! C’est aristo, ça, non ?

    Oh… oui, oui, enfin c’est ce qu’on appelle des hobereaux : mon père était agriculteur, tout le monde a toujours été agriculteur dans ma famille, et on est originaires de l’Artois et de la Picardie.

    Saint-Just, Saint-Just, attendez que je retrouve votre CV… Wallerand… C’est original comme prénom, ça vient d’où ?

    C’est un nom de famille, aussi, dans le nord de la France. Vous voulez vraiment que je vous dise d’où ça vient ? C’est la germanisation du prénom latin Galeranus. Comme Guillaume qui a donné Wilhem, le « g » latin donne le « w » allemand, flamand ou wallon. Et c’est comme ça que Galeranus a donné Wallerand. Et le Galeranus, le saint Galeranus, a fondé l’abbaye bénédictine d’Ourscamp, à côté de Noyon.

    Donc c’est un nom d’origine allemande ?

    Non, latine…

    Ah, oui, latine. J’ai cinq minutes à vous accorder, donc on va quand même aller vite… Quel est votre pire défaut, monsieur de Saint-Just ?

    La paresse.