En ce moment

    18 / 11 / 2010

    USA: Nouvelle controverse autour des scanners corporels après une vidéo qui buzz

    Par Kim Biegatch

    Un passager américain a refusé de se faire examiné par un scanner corporel à l'aéroport de San Diego. Refusant aussi de se faire fouiller, il s'en est pris à l'agent de sécu: « Touche pas à ma camelotte ! » La vidéo cartonne sur le web.

    John Tyner, un passager américain risque 10.000 dollars d’amende pour avoir refusé de se faire examiner par un scanner corporel à rayons X à l’aéroport international de San Diego. 

    “Si tu touches à ma camelote, je te ferais arrêter”

    Au moment du contrôle de sécurité avant l’embarquement, l’informaticien de 31 ans a fait valoir son droit de refus. Un agent de la TSA, la Transport Security Authority, l’a informé qu’il devrait donc se soumettre à une fouille corporelle. Il lui a appris que la nouvelle procédure voulait que même les parties intimes des passagers soient palpées. John Tyner a refusé et lancé une phrase devenue mythique sur le net : “Si tu touches à ma camelote, je te ferais arrêter”. 

    ;hl=fr_FR”>;hl=fr_FR” type=“application/x-shockwave-flash” allowscriptaccess=“always” allowfullscreen=“true” width=“450” height=“278”>

    Un boycott des scanners organisé le jour de Thanksgiving

    Cet incident relance le débat autour des scanners corporels. Il faut savoir qu’aux Etats-Unis, huit Américains sur dix se disent favorables à leur utilisation dans les aéroports. A l’heure actuelle, 315 scanners “deshabilleurs” sont déployés dans 65 aéroports américains et leur nombre devrait tripler dans les semaines à venir.

    A quelques jours de Thanksgiving, des associations de passagers qui les jugent trop intrusifs ont appelé à une journée de boycott des scanners le 24 novembre. L’idée ? Engorger les services de sécurité des aéroports américains qui se retrouveront obligés de palper, un à un, tous les passagers alors qu’il s’agit d’une des journées les plus chargées de l’année.

    Source: Kim Biegatch | StreetPress

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress