En ce moment

    18/11/2010

    USA: Nouvelle controverse autour des scanners corporels après une vidéo qui buzz

    Par Kim Biegatch

    Un passager américain a refusé de se faire examiné par un scanner corporel à l'aéroport de San Diego. Refusant aussi de se faire fouiller, il s'en est pris à l'agent de sécu: « Touche pas à ma camelotte ! » La vidéo cartonne sur le web.

    John Tyner, un passager américain risque 10.000 dollars d’amende pour avoir refusé de se faire examiner par un scanner corporel à rayons X à l’aéroport international de San Diego. 

    “Si tu touches à ma camelote, je te ferais arrêter”

    Au moment du contrôle de sécurité avant l’embarquement, l’informaticien de 31 ans a fait valoir son droit de refus. Un agent de la TSA, la Transport Security Authority, l’a informé qu’il devrait donc se soumettre à une fouille corporelle. Il lui a appris que la nouvelle procédure voulait que même les parties intimes des passagers soient palpées. John Tyner a refusé et lancé une phrase devenue mythique sur le net : “Si tu touches à ma camelote, je te ferais arrêter”. 

    ;hl=fr_FR”>;hl=fr_FR” type=“application/x-shockwave-flash” allowscriptaccess=“always” allowfullscreen=“true” width=“450” height=“278”>

    Un boycott des scanners organisé le jour de Thanksgiving

    Cet incident relance le débat autour des scanners corporels. Il faut savoir qu’aux Etats-Unis, huit Américains sur dix se disent favorables à leur utilisation dans les aéroports. A l’heure actuelle, 315 scanners “deshabilleurs” sont déployés dans 65 aéroports américains et leur nombre devrait tripler dans les semaines à venir.

    A quelques jours de Thanksgiving, des associations de passagers qui les jugent trop intrusifs ont appelé à une journée de boycott des scanners le 24 novembre. L’idée ? Engorger les services de sécurité des aéroports américains qui se retrouveront obligés de palper, un à un, tous les passagers alors qu’il s’agit d’une des journées les plus chargées de l’année.

    Source: Kim Biegatch | StreetPress

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER