En ce moment

    02 / 11 / 2015

    LA SÉRIE DE VICE EN PARTENARIAT AVEC STREETPRESS

    Dans la jungle péruvienne, sur la route de la coca

    Par Vice France

    Dans ce dernier épisode, Vice t'embarque dans la Vallée Huallaga au Pérou, réputée pour être le réservoir à coke des sicarios. Au programme : dynamites, cuisinière et champs de coca.

    Vice a suivi à travers la jungle les troupes de l’armée péruvienne sur les traces des narco-trafiquants. Certaines zones reculées du Pérou cachent encore des labos et champs illégaux de coca. Et l’armée n’hésite pas à faire sauter à la dynamite tous les spots des trafiquants. C’est ainsi que, dans cet épisode, $200 000 de pâte de coca partent en fumée.

    Le Pérou était le premier fournisseur du cartel de Medellin en Coca, la plante ensuite chimiquement travaillée pour obtenir la cocaïne. Encore aujourd’hui, la Vallée Huallaga est associée au commerce de le drogue. La vaste jungle péruvienne est assez reculée pour devenir un terrain parfait pour la plantation de coca et l’installation de labo. A l’époque d’Escobar, les trafiquants faisaient paisiblement régner leur loi sous le nez d’une police locale indulgente. Jusque l’arrivée des Américains.

    Retour sur l’histoire du narco-trafic dans ce troisième et dernier épisode de la série de Vice sur l’héritage de Pablo Escobar.

    En résumé: bienvenue dans Narcos, IRL.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER