En ce moment

    02 / 03 / 2017

    Souris, cafards, humidité : les habitants de la « cité oubliée » se mobilisent

    Par Cité Python-Duvernois

    Bienvenue à la cité Python-Duvernois, nichée à côté du périph', dans le nord-est de Paris. Ces bâtiments HLM n'ont pas été rénovés depuis 1987. Les habitants qui vivent au milieu des souris et dans des appartements vêtustes alertent les pouvoirs publics.

    « Qu’est-ce que vous en faites des souris ? On vit avec des souris à longueur de journée, vous en faites quoi ? »
    Une poignée d’habitants de la cité Python-Duvernois dont Kader Aissaoui ont interpellé Frédérique Calandra, la maire du 20e arrondissement de Paris, à la fin du mois de février.

    Plus de 2.000 habitants vivent dans cet ensemble HLM aux abords du périphérique.
    Christiane Guillaume vit seule depuis qu’elle a perdu son mari. Elle a mis un piège dans chaque pièce. Rien n’y fait :

    « – En deux semaines, j’en ai eu plus d’une douzaine ».

    Chez Kader, en plus des souris, l’humidité gagne les murs et les plafonds des deux chambres :

    « – C’est vraiment le mal-logement. On vit dans des logements très indécents dans ce quartier. Il faut des travaux rapidement. ».

    Frédérique Calandra, également présidente de la RIVP, qui gère la cité, leur a répondu :

    « – C’est la responsabilité des locataires. Et les locataires n’ouvrent pas leurs portes aux dératiseurs. »

    Les locataires ont créé un comité avec l’association Droit au logement [DAL] pour que le dossier avance.

    Propos recueillis par Matthieu Bidan et Sarah Lefèvre
    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER