En ce moment

    09/03/2017

    Heetch fermé : j'étais chauffeur et tout le monde se fout de ce que je vais devenir

    Par Cédric C. , Rodrigue Jamin

    La plateforme de chauffeurs Heetch est suspendue depuis le 2 mars. Eux aussi, les chauffeurs, le sont, suspendus aux faits et gestes de la direction, ils doivent attendre, et pendant ce temps, ils n'ont aucun revenu.

    La plateforme Heetch a été suspendue le jeudi 2 mars, suite à une décision de justice. Du coup, le week-end dernier, je n’ai pas pu sortir. D’anciens passagers m’ont contacté car ils ne savaient pas que le service était fermé. Et moi, je ne faisais que le week-end, car c’est le moment de la semaine où il y avait plus de demandes.

    Heetch nous a donné vraiment très peu d’infos. En tout et pour tout, j’ai reçu deux mails. Un premier pour informer que « la plateforme [était] temporairement fermée ». Et un second mail, le mercredi 8, pour dire : « La suite de l’aventure commence maintenant »… Cela confirme le sentiment que j’avais depuis longtemps, c’est-à-dire que nous les drivers qui faisaient ça comme moi, on n’est pas leur priorité. Je me sens complètement laissé pour compte par l’entreprise.

    heetch.gif
    Dans le mail envoyé aux chauffeurs le 2 mars, Heetch s’affiche en GIF en mode startup

    On ne sait rien !

    Pourtant, il n’y a plus de courses sur Heetch. Lundi, l’entreprise a rouvert la plateforme. Certains chauffeurs sont sortis en se disant que les demandes reprendraient normalement. Mais ça n’a pas sonné… l’appli tourne à vide. N’importe qui, chauffeurs comme clients, peut se connecter mais nous ne pouvons pas être mis en relation.

    Ils ont donc laissé les drivers sortir en sachant qu’il n’y aurait pas de clients, alors que certains conduisent pour se faire de l’argent, et ne vivent que de ça ! Ce n’est pas correct.

    Je ne sais pas si le service a repris dans d’autres quartiers. Concrètement, on ne sait absolument rien. Il y a un réel souci de communication avec la direction.

    Un revenu complémentaire et nécessaire

    J’ai commencé Heetch quand j’étais étudiant en alternance dans l’informatique. J’ai 30 piges et vivre avec le Smic, c’était chaud. Concrètement Heetch me permettait de compléter mes revenus et d’avoir une vie décente. Chaque mois, c’était 400 à 600 euros qui tombaient en plus sur mon compte en banque.

    Ces quelques centaines d’euros mensuels, je les touchais tous les vendredis et samedis soirs, de 20h à 7h du mat’, dans ma Clio. Ce que je gagnais était super aléatoire. Je pouvais parfois tourner toute la nuit et ne pas prendre de passagers. Et puis, de temps en temps, en deux-trois heures, je pouvais prendre trois ou quatre demandes et me faire une centaine d’euros.


    « J’ai un pote qui a rendu son appart. Un autre est parti à l’étranger. Ouais, c’est la fin quoi. »

    Cédric, driver Heetch

    Ça c’est pour moi, mais pour les drivers qui ne vivaient que de Heetch et sortaient toute la semaine, j’ose pas imaginer dans quelle galère ils sont aujourd’hui. J’ai un pote qui a rendu son appart. Un autre est parti à l’étranger. Ouais, c’est la fin quoi. Il ne peuvent plus vivre grâce à ce complément de revenu que l’on avait avec Heetch.

    C’est fou que les médias ne parlent que du devenir juridique de l’entreprise, mais pas du tout des centaines de drivers abandonnés à leur sort. On n’est que des chauffeurs, après tout. On n’est pas le cœur du sujet. Le vrai cœur, c’est l’argent et les clients.

    Nous, drivers, on a le sentiment de n’avoir été qu’un moyen pour arriver à leur fin.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER