Avec les fadas de Roller Dance

Avec les fadas de Roller Dance

« Ce battle, c’est du haut niveau ! Ça commence à me faire flipper »

roule | Reportages | par | 6 Février 2018

Avec les fadas de Roller Dance

Le festival Onwheelz met à l'honneur le Roller Dance. L'occasion d'organiser une battle de dance entre fadas de patins. Hip hop, salsa ou rock, tout se danse sur huit roues !

Joinville-Le-Pont (94) - « Ce battle c’est du haut niveau ! Ça commence à me faire flipper », balance Amandine, l’une des candidates, entre deux tours de pistes. Ce vendredi soir, au nouveau rink de roller – ou piste de patinage pour les non-initiés – de Joinville-Le-Pont, huit candidats vont s’affronter pour un battle de Roller Dance. Ils viennent de Paris, Strasbourg et même d’Andalousie, pour concourir.

Les spots roses et bleus du Roller Palace lui donne des airs de boite disco eighties. « La Roller Dance n’est pas du Roller Disco», rappelle Jean-Marc Gravier, initiateur du festival de ce soir, Onwheelz. Pour cette première édition, il organise quatre jours entièrement dédiés à la Roller Dance :

« On propose workshop, balade, Roller Party, concours chorégraphiques et battles. »

Ce passionné pratique la discipline depuis 17 ans. « La Roller Dance est un terme français qui désigne l’art de danser sur des patins. A Paris, notre style, c’est plutôt de la danse urbaine. Mais ça regroupe toutes les formes de danses : des claquettes, à la danse contemporaine ! »

roller
Patins arc-en-ciel ! / Crédits : Adele Bellanger

La Roller Dance un sport en développement croissant

Depuis 2007, Jean Marc organise des soirées Onwheelz, au début dans des gymnases municipaux. « Et puis j’ai rencontré La Main, un collectif d’artistes indépendants avec qui j’ai commencé les Roller Party dans des lieux prévus pour ».

Au micro, la speakeuse de la soirée, Sophia, présente les trois jurys : Hibou, danseur professionnel, Laurence, prof de Roller dance, et Alice productrice de spectacle de danse urbaine. Le public s’agglutine autour des participants, le DJ pousse les basses. Un casting quatre étoiles pour Jean-Marc. Depuis quelques mois, la Roller Dance a la côte :

« Cette année, c’est l’année ! Tout le monde est d’accord avec moi ! »

Selon Amandine, candidate au masque vénitien pailleté, cette explosion est surtout liée à Soy Luna, une teen-série diffusée en France sur Disney Chanel depuis 2016. L’héroïne, Luna, et ses potes passent leur temps à patiner et à danser en rollers. Maintenant sur la piste, Amandine tourne sur elle même avec les bras écartés. La danseuse dans la vie enchaîne les mouvements souples, comme au patinage artistique. « J’ai pas mal de demandes de prestations pour faire des chorégraphies de la série », renseigne la jeune femme, qui a récemment fait l’ouverture d’une chanson de l’émission The Voice en Roller-Quad, les patins à roulettes avec les roues disposées en carré.

Battle

A 21h30, Sophia annonce le tirage au sort. Vêtue d’un mini short argenté et d’une perruque blanche, elle patine maladroitement vers les candidats. Chaque participant tire un numéro au sort dans un patin rouge à pois blancs.

Parmi eux, il y a Marc, un grand brun de 49 ans. Le plus vieux challenger se bat ce soir contre des gens de 20 à 35 ans. « Ce qui est cool avec la Roller Dance, c’est que c’est intergénérationnel », confie-t-il. Les candidats se préparent en groovant sur la piste. Marc aime, lui, jouer avec ses patins. Voilà tout le poids de son corps sur une seule des huits roues, après avoir enchaîné quelques pas croisés.

Roller2
Qui gagnera la battle ? / Crédits : Adele Bellanger

Amandine est de l’autre côté du rink. « Je ne me suis pas vraiment entraînée », rigole la jeune femme, détendue, avant de poursuivre :

« L’ambiance de la Roller Dance c’est plus du partage que de la compétition, je serai contente si je gagne, mais je suis surtout venue pour m’amuser ! »

22h30. Les candidats s’installent devant le dj. « C’est parti pour les quarts de finale ! Vous avez 45 secondes pour improviser sur des musiques imposées par le dj ! », hurle Jean-Marc dans le micro.

Les participants s’affrontent en face à face. Tout type de danses et de rollers sont acceptés. Le public crie, siffle et s’enflamme à chaque figure. A l’issue du battle, le jury désigne d’un geste de la main le gagnant. Il en reste quatre. « Pour les demi-finales vous devrez danser une minute ! Pour la finale une minute trente », s’époumone Jean-Marc.

C’est finalement Zaïa qui, avec ses rollers en ligne et son mélange de break dance et de patinage artistique, gagne le battle. « Je suis venue d’Andalousie exprès pour l’événement, là bas la Roller dance n’est pas du tout développée ». La jeune espagnole repart avec une année d’entrée gratuite pour le Roller Palace de Joinville-Le-Pont. Mais pas sûr qu’elle y passe souvent…


L'actu