En ce moment

    29 / 10 / 2019

    Pour un journalisme de combat

    StreetPress, un média engagé contre l’extrême droite

    Par Mathieu Molard , Caroline Varon

    Alors, oui, autant que ça soit clair : nous combattons les idées d’extrême droite. StreetPress assume ses engagements, tout en revendiquant un travail journalistique rigoureux. Pour continuer, on a besoin de vous.

    StreetPress s’est toujours engagé contre l’extrême droite. Nous combattons cette idéologie délétère, qu’elle soit portée par des partis ou groupes labellisés, où qu’elle soit présente dans la société. Nos articles l’ont montré, les discriminations racistes se nichent parfois même au sein d’institutions publiques et prestigieuses, tel que l’École des beaux-arts ou une mairie d’arrondissement.

    Enquêter « contre » l’extrême droite, c’est aussi travailler « au plus près » de l’extrême droite. Nous plongeons dans ses méandres pour raconter son fonctionnement et ses méthodes avec précision et justesse, sans jamais tordre les faits. Depuis dix ans, nous nous plongeons dans les coulisses des différents groupes porteurs de haine : Egalité & Réconciliation, Bastion Social, Rassemblement National, Identitaires, Bonehead, Ligue de défense juive… Nous croyons que ses tenants ne craignent rien de plus que la lumière. Sinon pourquoi, au soir du second tour de l’élection présidentielle, les équipes de Marine Le Pen nous ont interdit l’accès à sa soirée électorale ?

    À LIRE AUSSI : Serge Ayoub, l’homme qui depuis 30 ans murmure à l’oreille des meurtriers

    Notre travail les inquiète et les énerve. En témoigne les nombreuses insultes et menaces que nous recevons. Pas toujours simple à vivre au quotidien, mais nous croyons ce travail utile car nos articles ont un impact : après nos révélations (mais aussi grâce au taf des militants de terrain, bien-sûr) la mairie de Paris, comme l’École des beaux-arts ont ouvert des enquêtes.

    Alors aidez-nous à poursuivre notre travail en soutenant StreetPress.

    Dans le cadre de notre campagne de soutien, StreetPress publie une petite série d’éditos courts rappelant nos valeurs.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER