En ce moment

    24 / 03 / 2011

    Quand dictature rime avec couture

    Top 5 : les dictateurs vivants les mieux sapés

    Par Françoise Ortie

    Si on n'a aucun mal à imaginer Karl Lagerfeld ou John Galliano en dictateur, la réciproque est aussi vraie. Une reconversion envisageable pour ces chefs d'Etat, à l'heure où les révoltes arabes battent son plein. And the winner is?

    1 Le barock and roll de Kadhafi

    Il se prend pour le Roi d’Afrique, en fait c’est le Roi de la Sape.

    Croisement réussi entre Mick Jager et Ramsès II, sa garde robe à elle seule pourrait remplir l’édito des dix prochaines années du Vogue.

    Précurseur de la chapka, du doré, de l’ethnique chic, du costard blanc, c’est aussi le premier a avoir parié sur le violet, bien avant les bars lounge.

    La faute de goût : vestimentairement parlant, aucune.

    2 Castro, fidèle au survet

    Et ouais, un dictateur qui ose le streetwear au quotidien ça fait plaiz.

    Adepte de la marque Adidas, Fidel nous démontre qu’on peut être cultivé et aimer le sport.

    Ses marques fétiches: Adidas et Puma.

    Sa faute de goût : une barbe longue associée à du rouge, ça fait Père-Noël.

    3 L’anti bling-bling du Roi Abdallah d’Arabie Saoudite

    Barbe + keffieh Vichy= pile dans les tendances de l’été 2011.

    Pas de luxe ostentatoire pour ce multimilliardaire qui sait rester discret. Chapeau bas. Ou plutôt Voile bas.

    Et pourtant, au départ, c’était pas gagné pour celui dont le nom entier est “Abdallah ben Abdelaziz ben Abderrahman ben Fayçal ben Turki ben Abdallah ben Mohammed ben Saoud”.

    La faute de goût : sa coupe de barbe, en forme de flageolet.

    4 Dadis Camara, égérie Jean Paul Gaultier

    Arborant béret et veste militaire, le dictateur guinéen incarne à merveille le cliché de l’aventurier rebelle.

    Son atout : le regard vague, pensif, mystèrieux on serait même tenté de dire profond ?

    Peu de dictateurs peuvent se permettre de fumer avec autant de classe.

    La faute de goût : la redondance.

    5 Mugabe, leçon de standing

    Une garde robe classique, des coupes épurées, des tissus luxueux.

    Le dandy d’Afrique, en dépit de son âge, sait conjuguer élégance et violence.

    Une main de fer dans un trois-pièces laine et soie.

    La faute de goût : pas très précis sur le choix des lunettes.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER