En ce moment

    09/05/2012

    Ils seront en concert à la Maroquinerie, à Paris, le 25 mai

    Django Django : « on ne joue pas pour faire danser les gens »

    Par Etienne Gin

    StreetPress a rencontré les 4 membres du groupe de pop (indéfinissable) Django Django, un mix entre de la musique, une chambre et du whisky. Au final, « Default », une chanson planante et psychédélique.

    Vous préférez quel groupe entre Duran Duran, Talk Talk ou The The ?

    Dave : Je dirais The The, parce que j’ai déjà entendu leur nom. Mais j’aime encore mieux LiquidLiquid. (un groupe new-yorkais de post-punk, en activité de 1979 à 1985)

    Vinnie : Moi, je ne jure que par le Go go ! Mais Zombie Zombie (groupe électro français), ils sont excellents aussi !

    Bon en fait, je veux savoir d’où vient Django Django…

    Vinnie : Ça vient de Quando Quango (un genre expérimental new wave anglais de Manchester). Il nous a fallu inventer très vite un nom pour notre Myspace… Alors voilà !

    Vous avez composé l’album dans une chambre avec un ordinateur. Vous pensez être des geeks musicaux ?

    Vinnie : Hem…Non ! Quand quelque chose cloche, on recommence, et encore, et encore…

    Dave : On n’avait pas d’argent. Personne ne voulait nous en donner pour notre album, alors on a dû tout faire depuis une chambre !

    À un concert de Django Django, on danse du début à la fin ?

    Dave : Non, juste peut-être un peu. Mais on ne joue pas pour faire danser les gens ! Après, si vous avez envie de le faire…

    Peut-on dire que vous faîtes de la pop folle ?

    Dave : Non, on essaie de la faire musicale et attachante… Ça finit par ressembler à de la pop. Oui, on fait de la pop, en fait !

    Vinnie : C’est dur de déterminer quel genre de pop ! Avec de la pop, on peut se retrouver à plaire à tout le monde. Mais la pop, c’est comme faire de l’underground… Prends Prince, par exemple, c’est de la pop vraiment étrange !

    Sur un titre comme « Skies over cairo », on peut parler de pop psychédélique ?

    Dave : Oui, parce que Le Caire est une ville vraiment bizarre. Mais on n’a pas d’autres drogues que du whisky !

    Et comment voyez-vous la musique pop du futur ?

    Dave : On espère que ce sont des robots qui la feront ! On veut des machines conscientes qui font de la musique pour que les humains n’aient qu’à la publier. On veut du rock aussi. Du rock, fait par des robots !


    Default

    on a dû tout faire depuis une chambre !


    “On veut du rock fait par des robots”

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpres

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER