En ce moment

    15/03/2010

    La grosse colère d'Alain Dolium: « Je ne me ferai plus piéger »

    Par Robin D'Angelo

    La tête de liste du Modem en Île-de-France en avait gros sur la patate. Visiblement échaudé, il s'en ait violemment pris aux médias qu'il accuse de biaiser la démocratie, et de l'avoir présenté comme « atypique », parce que noir.

    Un accueil triomphal

    Alain Dolium, la tête de liste du Modem, a enfin fini par rejoindre son QG rue de l’Université à 23h, alors que les trois derniers journalistes présents ne l’attendaient plus. Les quelques militants qui n’étaient pas partis l’ont accueilli comme un héros: « Alain, tu es fantastique! » « 4% Alain ! C’est bien pour une première élection! » « Hip-hip-hip, hourrrrrra ».

    Dolium accuse les médias de l’avoir marginalisé parce que noir

    Revigoré par cette accueil chaleureux, le candidat centriste, a montré qu’être modéré, c’est aussi savoir pousser des gueulantes . « En colère », comme il s’est qualifié lui-même, Dolium a flingué les médias qui l’ont présenté comme « le Barack Obama français » et qui on fait « de leur choux gras, une candidature soit-disant atypique parce que menée par un homme de couleur ».

    Les médias l’avaient peut-être oublié: Être Noir et Orange, ce n’est pas exotique.

    Source: Robin D’Angelo / StreetPress

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER