En ce moment

    02/04/2010

    Chantal Jouanno sur l'abandon de la taxe carbone, Twitter et… l'accord cadre sur l'usage des pesticides par les jardiniers amateurs

    Par François Nazon

    Chantal Jouanno, venue signer un accord à la Société nationale d'horticulture, répond à StreetPress : Est-ce que signer un texte sur les jardiniers amateurs après l'abandon de la taxe carbone, ça ne fait pas petit bras ?

    1. Les faits :

    Chantal Jouanno vient signer, vendredi 2 avril, au siège de la Société nationale d’horticulture de France, un accord sur l’usage des pesticides par les jardiniers amateurs. Une trentaine de personnes, champagne, jus d’orange et apéritifs saumon fumé/concombres.

    2. Le background :

    Mardi 23 mars, la secrétaire d’Etat chargée de l’écologie se disait « désespérée » par l’abandon de la taxe carbone par le gouvernement. Le soir du second tour sur i-télé, Chantale Jouanno faisait porter une partie de la défaite de la droite à “Twitter [qui] a fait beaucoup de mal à cette campagne”.

    3. La question de StreetPress :

    Certaines personnes sur Twitter disent que l’accord sur les pesticides utilisés par les jardiniers amateurs ça fait un peu petit bras après l’abandon de la taxe carbone…

    4. Et la réponse de Chantale Jouanno :

    « Je leur dis que déjà sur la taxe carbone on va continuer le combat, surtout au niveau européen. Toutes les mesures du Grenelle sont importantes, celle-là est engagée de très long terme. Mais quand même, il faut rappeler ce qui est en train de se passer, et que les choses avancent, et que la taxe carbone suffise à dire : “finalement y’a plus rien qui se fait”. C’est un peu trop facile, c’est un discours politique. Moi je suis là dans un discours de construction. Et j’en ai marre de ces discours de destruction ».

    Source: François Nazon | StreetPress

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER