En ce moment

    02/04/2010

    Chantal Jouanno sur l'abandon de la taxe carbone, Twitter et… l'accord cadre sur l'usage des pesticides par les jardiniers amateurs

    Par François Nazon

    Chantal Jouanno, venue signer un accord à la Société nationale d'horticulture, répond à StreetPress : Est-ce que signer un texte sur les jardiniers amateurs après l'abandon de la taxe carbone, ça ne fait pas petit bras ?

    1. Les faits :

    Chantal Jouanno vient signer, vendredi 2 avril, au siège de la Société nationale d’horticulture de France, un accord sur l’usage des pesticides par les jardiniers amateurs. Une trentaine de personnes, champagne, jus d’orange et apéritifs saumon fumé/concombres.

    2. Le background :

    Mardi 23 mars, la secrétaire d’Etat chargée de l’écologie se disait « désespérée » par l’abandon de la taxe carbone par le gouvernement. Le soir du second tour sur i-télé, Chantale Jouanno faisait porter une partie de la défaite de la droite à “Twitter [qui] a fait beaucoup de mal à cette campagne”.

    3. La question de StreetPress :

    Certaines personnes sur Twitter disent que l’accord sur les pesticides utilisés par les jardiniers amateurs ça fait un peu petit bras après l’abandon de la taxe carbone…

    4. Et la réponse de Chantale Jouanno :

    « Je leur dis que déjà sur la taxe carbone on va continuer le combat, surtout au niveau européen. Toutes les mesures du Grenelle sont importantes, celle-là est engagée de très long terme. Mais quand même, il faut rappeler ce qui est en train de se passer, et que les choses avancent, et que la taxe carbone suffise à dire : “finalement y’a plus rien qui se fait”. C’est un peu trop facile, c’est un discours politique. Moi je suis là dans un discours de construction. Et j’en ai marre de ces discours de destruction ».

    Source: François Nazon | StreetPress

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER