En ce moment

    11/06/2011

    La Veggie Pride, samedi à 16h à Paris

    Hélène Defossez, végétarienne : « Je continue à manger des concombres »

    Par M G

    Sur StreetPress, Hélène Defossez, qui vient de sortir « le végétarisme comme réponse à la violence du monde », chez l'Harmattan, explique pourquoi elle ira à la Veggie Pride, ce samedi à Paris.

    Est-ce qu’on pourra vous croiser tout à l’heure, à la « Veggie Pride » ?

    Oui je serai présente. Cette manifestation est l’occasion à la fois de faire parler de nous, de faire réagir l’opinion publique, et de rencontrer d’autres végétariens, ce qui n’arrive pas souvent. On est fier de notre positionnement, car c’est un choix conscient.

    Qu’est ce que vous attendez concrètement de cette manifestation ?

    On a des demandes concrètes comme avoir un choix végétarien dans les cantines scolaires, dans les entreprises. C’est très difficile pour les enfants de végétariens. L’alternative végétarienne aurait plein d’avantages, ça convient à tout le monde, les enfants de toutes confessions, juifs, musulmans… tout le monde serait content.

    Vous avez l’impression d’être marginalisés ? il y a une « végéphobie » ?

    Oui, les gens ne s’en rendent pas vraiment compte tant qu’ils ne l’ont pas vécu. J’ai été victime d’attaques, d’agressions verbales de la part de certaines personnes.
    Le végétarisme suscite les passions car c’est une remise en cause d’un certain mode de vie, et certaines personnes ne le supportent pas, ça leur fait violence. On est surpris par ces réactions, mais ça existe et il faut les combattre.

    On peut lire dans le manifeste de la Veggie Pride « Nous sommes des animaux solidaires de tous les animaux », est ce que vous partagez ce point de vue ?

    Non, mon livre est sur un autre axe. J’explique justement que c’est parce qu’on est des Hommes avec nos spécificités d’Hommes, et qu’on a accès à un niveau de conscience que la plupart des animaux n’ont pas, que nous avons une responsabilité supérieure.

    Y a-t-il un fondateur du végétarisme qu’on pourrait mettre au Panthéon ?

    J’aime beaucoup Théodore Monod, pourquoi pas il pourrait avoir sa place !

    Etes-vous en deuil depuis l’affaire des concombres ?

    Non, j’en mange toujours !

    div(border). h4>La Veggie Pride 2011Si toi aussi tu es un fou de concombres et de légumes en tout genre, et surtout si tu veux « affirmer [ta] fierté de refuser de faire tuer des animaux pour [ta] consommation », c’est ce samedi à 16h, à Paris place Saint Eustache (métro Les Halles).

    div(hash). h4>Hélène DefossezHélène Defossez est une jeune auteure et musicienne qui mène une vie parallèle de militante au fil des missions d’éco-volontariat la conduisant à travers le monde. Son dernier bouquin est sorti la semaine dernière et s’appelle le végétarisme comme réponse à la violence du monde

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER