En ce moment

    31/10/2012

    Toujours pas de haut-débit au Palais Bourbon…

    Vidéo : la France doit-elle lancer son Google ?

    Par Jacques Torrance

    Sur StreetPress, les députés sont (presque) unanimes : la France doit se doter de son propre moteur de recherche pour concurrencer Google. Le député UMP de la Manche Jean-Frédérique Poisson a même pensé à un nom : « Médor »…

    1 Les faits

    La France déclare la guerre à Google ! Après que le gouvernement ait demandé début octobre l’instauration d’une « taxe Google » pour rémunérer les éditeurs de contenu, on apprend maintenant que le fisc serait prêt à réclamer 1 milliard de dollars d’impayés au moteur de recherche.

    2 Le contexte

    Google hégémonique : voilà le reproche du gouvernement au moteur de recherche. Google vit en partie des contenus des éditeurs de presse, et ne verse aucune contrepartie. Pire encore, par un montage financier qui balade ses revenus aux Bermudes, aux Pays-Bas et en Irlande, le géant US devrait 1 milliard d’euros à l’État.

    Et si pour cesser de se faire enfler par Google, la France lançait son propre moteur de recherche ? On a vu récemment Arnaud Montebourg vanter le « made in France » dans une marinière bien de chez nous . Pourquoi pas du « made in France » sur le web ? L’expertise, on l’a ! C’est bien nous qui avons inventé le minitel ! Et puis on a bien vu l’Iran lancer son propre Internet au mois de septembre pour s’émanciper de la domination yankee… Alors qu’est-ce qu’on attend ?

    3 La question de StreetPress

    La France doit-elle lancer son moteur de recherche « made in France » ?

    J’ai toujours pensé qu’il y avait un problème avec le fait que la toile soit complètement dans la main des Américains

    4 La réponse des députés

    Jacques Myard – UMP – Yvelines : « On a intérêt à mettre au point un système de recherche sous le contrôle des tribunaux français (…) J’ai toujours pensé qu’il y avait un problème avec le fait que la toile soit complètement dans la main des Américains. »

    Anne-Yvonne Le Dain – PS – Hérault : « On n’aurait pas l’aérospatiale si on n’avait pas eu une décision politique pour le faire »

    Jean-Frédérique Poisson – UMP –Manche : « Il y a en France suffisamment de capitaux et de matière grise pour y arriver si on le décide (…) On aurait dû avoir un moteur de recherche depuis longtemps. Si on avait déroulé dans toutes ces conséquences le fameux plan calcul le jour où le général De Gaulle a voulu développer des grands calculateurs… »

    Philippe Gosselin – UMP – Manche : « Le gouvernement aurait intérêt à se doter de moyens pour développer d’autres moteurs de recherche »

    Bernard Debré – UMP – Paris : « Made in France pour le web ou même made in Europa »

    Pascal Terrasse – PS – Ardèche : « Google aujourd’hui c’est Big Brother. Concrètement il peut modifier culturellement l’histoire de l’humanité. On imagine demain que Google décide que ce ne soit pas Leonard de Vinci qui ait écrit tel ou tel livre mais Jean-Louis Patatin…. »

    Yann Galut – PS – Cher : « On a pas mal de jeunes industriels ou chercheurs français qui ont développé des solutions. Donc pourquoi pas. Rappelez-vous le minitel c’est quand même quelque chose, une technologie de pointe à l’époque, précurseur qui a fait développer le web »

    Hervé Mariton – UMP – Drôme : « C’est facile de faire un moteur de recherche, c’est difficile de l’imposer… Faut sûrement pas faire comme les Chinois qui ont une pratique très chinoise de leur moteur de recherche. »

    Patrick Mennucci – PS – Planète Marseille : « La France a bien raison d’être sur les moteurs de recherche ! »

    Google aujourd’hui c’est Big Brother

    Faut sûrement pas faire comme les Chinois qui ont une pratique très chinoise de leur moteur de recherche

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER