En ce moment

    03/04/2013

    Parce que dans sa famille, Louis Nguyen s'appelle en fait Dac-Minh

    3 enfants d'immigrés racontent l'histoire de leurs deux prénoms

    Par Robin D'Angelo

    Pour leurs amis ou professeurs, ils s'appellent Louis, Agnès ou Raymond. Mais à la maison, ils redeviennent Dac-Minh, Rim ou Nima. Rarement « schizophrènes » mais parfois « un peu perdus », ils dissèquent leur double identité.


    Cliquez sur les photos pour découvrir nos trois portraits.

    Une vie compartimentée. Si Louis Dac-Minh, Agnès Rim et Raymond Nima ont quelque chose en commun, c’est bien cette sensation de parfois mener « une double vie ». Quand certains ne mélangent pas les torchons et les serviettes, en séparant leur vie professionnelle de leur vie amicale ou familiale, pour eux la situation est radicale : la coupure se fait dans l’essence même de leur identité, leur prénom.

    Caméléons

    « Ma mère ne m’a jamais appelé “Louis” et mes amis ignorent que je m’appelle “Dac-Minh” », résume Louis Dac-Minh Nguyen, français d’origine vietnamienne qui étudie à Sciences-Po. En Tunisie, la petite demi-sœur de « Rim » ne sait pas qu’elle s’appelle « Agnès » à Paris tandis qu’il n’y a pas de traces de « Nima », le prénom usuel de « Raymond » Kargar, dans les papiers officiels de l’administration française.

    Mais si cette situation a pu les faire souffrir à l’adolescence– « à un moment je n’osais pas dire que j’avais aussi un prénom vietnamien » se souvient Louis Dac-Minh – ils la voient aujourd’hui comme un avantage, quand elle ne les indiffère pas. « Agnès », qui s’est parfaitement «intégrée» grâce à ce prénom, peut se transformer en « Rim » si un jour elle veut bosser dans un pays arabe. Louis Dac-Minh fait dans la métaphore : ils sont des « caméléons » qui peuvent s’adapter à toutes les situations.

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER