En ce moment

    02/07/2013

    Bienvenue au cimetière animalier

    On a enterré Elvis

    Par Max Costa

    À Titus, Elvis, Rimbaud, Grisette … nos chats, chiens, singes et chevaux bien-aimés, enterrés au cimetière animalier d'Asnières-sur-Seine. Chaque semaine, ils sont une poignée à venir entretenir la tombe de leur être cher.

    Crée en 1999, le cimetière d’Asnières-sur-Seine, situé à deux pats du Pont de Clichy, est le premier cimetière pour animaux au monde. Au détour d’une allée on peut découvrir la tombe d’un cheval, d’un singe ou d’un perroquet. Mais surtout les sépultures de chiens et chats. Des êtres tant aimés que certains maîtres viennent leur rendre visite chaque jour ou presque.


    Love me tender Maurilia vient du XVIIIe arrondissement, tous les deux jours, pour entretenir la tombe de son « bébé ». « Je l’ai appelé Elvis, parce qu’il est né le jour des 20 ans de la mort d’Elvis Presley. »


    The queen of hearts Après avoir entretenu l’allée et la tombe de son chat, la dame antillaise accepte de poser devant sa tombe en forme de cœur : « une moitié vient de mon cœur, l’autre de celui de mon Elvis ».


    Promenade « Aujourd’hui, je viens par curiosité. » Jean-Michel a découvert le lieu dans le bus d’Air France, en revenant de l’aéroport, à travers une vidéo institutionnelle sur les lieux touristiques parisiens.


    Catwoman La tombe de Chipie vient d’être entretenue par Evelyne, qui préfère venir la semaine que le week-end : « Il y a trop de touristes. La semaine, je suis plus tranquille pour faire le ménage. Puis je viens aussi donner à manger au chat du cimetière, Dragée. Je préfère m’entourer de chats que de personnes ici. ».


    Rencontre « Mes trois enfants des rues sont enterrés ici : Zouki, Phebus et Zoé. » Jacqueline a dessiné elle-même sa tombe. Elle me raconte la rencontre avec sa dernière chatte, Zoé : « Le cimetière était en rénovation à ce moment-là, mais je venais quand même jusqu’aux grilles d’entrée. C’était un jour de pluie, puis j’ai vu une toute petite chatte, un poil dru, avec des grands yeux jaunes. Je l’ai mise dans mon blouson pour la protéger de la pluie puis j’ai finis par la garder. »


    Batard chartreux « Ça fait maintenant 21 ans que je viens au cimetière », m’avoue Ginette. « J’ai enterré mon premier chien en décembre 92. Aujourd’hui, j’ai un nouveau chat, Milor, un batard chartreux de 17 ans. Mais j’ai plus la même forme qu’avant… ».


    Money, money, money Pour ce qui est du prix, on répond généralement : « Quand on aime, on ne compte pas. » Il ne vaut peut-être mieux pas. Les tarifs 2013 du cimetière varient de 140€ à 3.646€ en fonction de la taille de l’emplacement (de 0,50 m2 à 1 m2) et du renouvellement de concession.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER