En ce moment

    24/07/2013

    En Afrique du Sud, William a appris à dire bonjour en Zoulou

    Par Camille Hamet

    Face à des touristes en mal d'exotisme, certains ont fait de leur patrimoine ou de celui d'une minorité exploitée un business florissant. «Femmes-girafe», Lisu, zoulou, 10 récits de ballades dans des zoos où les hommes ont remplacé les singes

    C’est où : A 12 ans, William a suivi ses parents dans un village zoulou de l’Afrique du Sud, dans une réserve naturelle de l’est du pays. Un souvenir en demi-teinte.

    Les gens : Les Zoulous sont un peuple d’Afrique Australe, en partie sédentarisé et célèbre pour sa vannerie, ses perles et ses chants.

    Comment ça se passe : Arrivée en bus et tour du village après avoir appris à dire bonjour en zoulou (« sawubona »), histoire de donner l’impression aux touristes qu’ils s’immergent dans la culture locale. Ils sont invités à visiter les cases et goûter le produit local qui va tirer une grimace à tout le monde.

    Le trip : « Tu te sens un peu voyeur. C’est très gênant : il n’y a que des Blancs qui visitent et que des Noirs qui sont visités. Comme tu ne parles pas le zoulou et qu’ils ne parlent pas anglais, il y a peu d’échanges. Je suis sûr que cette expérience n’a rien à voir avec la vie quotidienne des Zoulous mais, à la réflexion, je me dis que sans ce genre d’expédition je n’aurais jamais rien su de leur culture et c’est vraiment une dimension importante de l’Afrique du Sud. »

    Map – La Zulu Nation, c’est par ici !

    Part 1 Pour retrouver la première partie de nos récits de vacances dans des zoos humains, c’est ici

    Map font color=grey>- Pour afficher un lieu sur la carte, passez la souris sur l’icône et cliquez sur le nom du lieu

    > Pour retrouver le guide de voyage de StreetPress

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER