En ce moment

    15/04/2014

    « Comment peut-on ainsi fermer les yeux sur ce qui se passe dans ce pays ? »

    Pékin Express en Birmanie : la muslimosphère s'indigne

    Par Mathieu Molard

    Ce mercredi Pékin Express est de retour sur le petit écran. Point de départ de l'aventure : la Birmanie. Un pays qui oppresse une minorité musulmane, les Rohingyas. La communauté musulmane lance la fronde sur le web.

    « M6 fait carrément la propagande de la junte au pouvoir en Birmanie. A côté les vacances de Michèle Alliot-Marie en Tunisie, c’est du pipi de chat ! » Al-Kanz, le bloggeur spécialisé dans le halal, digère mal la nouvelle mouture de Pékin Express. Il faut dire qu’il y a de quoi s’étrangler : pour cette onzième saison, diffusée à partir de ce mercredi 16 avril, Stéphane Rotenberg emmène ses petits aventuriers « au cœur des pays les moins visités du monde. » Avec en point de départ de ce périple en quadri-color : la Birmanie.

    Persécutions

    Si la destination donne des aigreurs d’estomac à Al-Kanz, c’est que le pays est le théâtre d’un drame. Quelques 800.000 Rohingyas, musulmans, sont victimes de l’oppression de la majorité bouddhiste et de son gouvernement. Ils seraient même selon l’ONU « la minorité la plus persécutée au monde ». Depuis 1982, les Rohingyas ne sont plus reconnus comme des citoyens birmans. Conséquence, ils n’ont droit ni à l’éducation, ni à la santé et beaucoup souffrent de malnutrition. « Il y a quelques semaines, le gouvernement a même viré Médecin Sans Frontière du pays, justement parce qu’ils tentaient de leur venir en aide. Et M6 organise un jeu sur place en masquant totalement la question ! », s’indigne Idriss Sihamedi président de l’ONG BarakaCity. Une association qui développe un programme d’aide humanitaire dans le pays.

    Social network

    C’est sur les réseaux sociaux que le responsable de l’assoc’ lance la mobilisation : « J’ai juste pris un briquet et allumé la mèche, les internautes ont fait le reste. » Le tag, #ContrePekinExpress fait très vite le tour du web et l’info est relayée par des milliers de tweets et posts Facebook. Au centre de ce bad-buzz pour M6, deux gros influenceurs de la muslimosphère :

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/carte_data_muslim.jpg

    Cartographie des tweets, réalisée par le bloggeur Nicolas Vanderbiest : en rose, les conversations Twitter lancées par Baraka City, en bleu celles lancées par Al-Kanz. Cliquez ici pour plus d'infos. / Crédits : Nicolas Vanderbiest

    > L’ONG BarakaCity « basée sur des valeurs islamiques » qui totalise 175.000 fans sur Facebook et plus de 9.000 abonnés sur Twitter. En 2012 l’assoc’ avait récolté 1 million d’euros pour une opération au Togo.

    > Le bloggeur Al-Kanz, un autre poids lourd du web avec 16.300 followers et 32.678 fans Facebook. Il revendique 12 millions de visiteurs sur son blog en 2013.

    « Bien sûr le fait que ce soit des musulmans m’a touché. Mais l’objectif est d’obtenir une mobilisation qui dépasse la communauté et c’est en route ! », affirme Al-Kanz. Et de citer en exemple un twittos « bouffe curé et anti-imam » qui a relayé l’info.

    Pétition

    Le bad buzz continue. Quelques heures après le début de la mobilisation, apparaît sur le site Avaaz.org, une pétition demandant à M6 « l’annulation de la diffusion de Pékin Express en Birmanie ». Moins de deux jours après son lancement, elle flirte avec les 22.000 signataires. Ni Al-Kanz, ni l’ONG Baraka ne revendiquent l’initiative. Tous deux ne réclament pas le retrait de l’émission . Idriss Sihamedi :

    « Nous souhaiterions qu’a minima la chaîne fasse ses excuses au peuple Rohingya. »

    Al-Kanz, le spécialiste du Halal, aurait aimé quant à lui « que l’émission soit suivie d’un documentaire ou d’un débat sur la situation de ce peuple. »

    Jointe par StreetPress, la chaîne semble gênée aux entournures. En guise de réponse elle se contente d’expliquer que « la question des Rohingyas sera abordée par M6 dans le cadre d’un de ses magazines d’information », sans pouvoir annoncer de date précise. Quant à Pékin Express « c’est une émission de divertissement. Le programme n’a pas vocation à traiter du contexte géopolitique. »

    Le Collectif Halte au Massacre en Birmanie appelle à un rassemblement devant le siège de M6 ce mercredi 16 avril à 18 heures.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER