En ce moment

    02 / 12 / 2015

    Pas de match à l’extérieur jusqu’au 14 décembre

    État d’urgence : les supporters acceptent l’interdiction de déplacement

    Par Inès Belgacem

    Un arrêté ministériel interdit aux supporters de foot de suivre leur équipe en déplacement. A Lille, Paris ou Sainté on est Charlie : « Les policiers ont autre chose à faire ». Quelques filous prévoient tout de même de braver l’interdit.

    L’état d’urgence s’invite dans les stades de foot : exit les déplacements de supporteurs. A la suite des attentats, un arrêté ministériel en date du 27 novembre interdit aux fans de foot de suivre leur équipe fétiche en match à l’extérieur, jusqu’au 14 décembre. Il pourrait toutefois être prolongé jusqu’à la fin de l’état d’urgence.

    Ultras ou pas, tous les supporters sont concernés. Et s’ils bravent l’interdit, c’est à leurs risques et périls. D’après Pierre Berthélemy, l’avocat des ultras de Paris :

    « S’ils décidaient de s’y rendre malgré l’arrêté, ils risqueraient de se faire interpeller. »

    Les supporters sont Charlie

    Du côté des assos’ de supporters, l’interdiction passe plutôt bien. Joint par StreetPress, Hélène, secrétaire de l’Union des supporters Stéphanois est « triste de ne pas pouvoir supporter [son] équipe », mais ajoute, compréhensive :

    « Les policiers ont autre chose à faire que de surveiller des stades depuis les attentats. Ils n’ont pas le don de démultiplication ! »

    Même son de cloche du côté des supporters du Losc. Bernard fait partie des Dogues du Vieux Lille, et assure que tous les déplacements planifiés ont été annulés. « On comprend bien que la situation est légitime. » Le Lillois espère simplement que l’interdiction va rapidement être levée :

    « En janvier, ce serait sympa que ça saute quand même. »

    Même Pierre Barthélémy, virulent défenseur des droits des supporters, refuse de monter au créneau :

    « L’interdiction pure et simple peut être perçue comme une solution de facilité, mais il y a des problèmes plus urgents à régler. »

    Les filous sont de sortie

    Pour chaque match à l’extérieur, les assos’ de supporters organisent le déplacement en bus. Le car a le plus souvent rencart avec les autorités à une sortie d’autoroute proche de la ville d’arrivée. Et c’est sous escorte policière qu’ils font les derniers kilomètres qui les séparent du stade. « Ça requiert énormément de service d’ordre », reconnaît Hélène, la supportrice de Saint-Etienne.

    A Lille comme à Sainté, ces voyages organisés sont donc annulés en raison de l’état d’urgence. Mais certains supporters devraient tout de même tenter leur chance en effectif réduit. « On peut essayer d’y aller à quelques-uns en voiture », explique Bernard sans préciser s’il tentera lui-même le coup. A ceux qui voudraient s’y aventurer, le Lillois leur conseille de se rendre au stade adverse sans écharpe nordiste, sans maillot du Losc et d’acheter son billet sur place :

    « Mieux vaut ne pas aller au centre avec sa voiture aussi. On est vite reconnaissable avec nos plaques d’immatriculation différentes de celle de la région… »

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER