En ce moment

    06/06/2016

    Plus de 1.300 migrants vivaient dans le parc

    Photos : L’évacuation du camp de migrants des jardins d’Eole

    Par Pierre Gautheron

    C’était l'un des plus gros camps de migrants à Paris. Lundi 6 juin au petit matin, la police a évacué les tentes des jardins d’Eole dans le 19e arrondissement.

    Vers 6h30, lundi 6 juin, des représentants de la préfecture d’Ile-de-France accompagnés par les forces de l’ordre ont évacué le camp de réfugiés des jardins d’Eole. Une centaine de tentes colorées étaient dressées dans ce grand parc du 19e arrondissement de Paris depuis la mi-mai. Le camp n’a cessé de s’étendre jusqu’à atteindre plus de 1.300 occupants d’après le dernier pointage des travailleurs sociaux de la mairie de Paris.

    Devant l’extrême précarité des conditions de vie qui ont conduit à plusieurs cas de tuberculose sur le camp, la préfecture de Paris a procédé à son évacuation. Les migrants présents ont patienté durant plusieurs heures avant de pouvoir pénétrer dans l’un des 40 cars affrétés spécialement afin de les conduire vers des centres d’hébergement d’urgence.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/7_3.jpg

    La petite jungle du jardin d’Eole / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/6_2.jpg

    Des réfugiés jouent dans la rue en attendant l'arrivée des bus / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/5_3.jpg

    Une cinquantaine de policiers ont été déployé / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/4_2.jpg

    Emmanuelle Cosse interviewée par Canal + / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/3_3.jpg

    Un migrant prend en photo l’évacuation / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/2_6.jpg

    Les migrants patientent dans le calme / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/1_5.jpg

    Des bus ont été affrétés pour emmener les migrants vers des centres d’hébergement / Crédits : Pierre Gautheron

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER