En ce moment

    06 / 06 / 2016

    Plus de 1.300 migrants vivaient dans le parc

    Photos : L’évacuation du camp de migrants des jardins d’Eole

    Par Pierre Gautheron

    C’était l'un des plus gros camps de migrants à Paris. Lundi 6 juin au petit matin, la police a évacué les tentes des jardins d’Eole dans le 19e arrondissement.

    Vers 6h30, lundi 6 juin, des représentants de la préfecture d’Ile-de-France accompagnés par les forces de l’ordre ont évacué le camp de réfugiés des jardins d’Eole. Une centaine de tentes colorées étaient dressées dans ce grand parc du 19e arrondissement de Paris depuis la mi-mai. Le camp n’a cessé de s’étendre jusqu’à atteindre plus de 1.300 occupants d’après le dernier pointage des travailleurs sociaux de la mairie de Paris.

    Devant l’extrême précarité des conditions de vie qui ont conduit à plusieurs cas de tuberculose sur le camp, la préfecture de Paris a procédé à son évacuation. Les migrants présents ont patienté durant plusieurs heures avant de pouvoir pénétrer dans l’un des 40 cars affrétés spécialement afin de les conduire vers des centres d’hébergement d’urgence.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/7_3.jpg

    La petite jungle du jardin d’Eole / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/6_2.jpg

    Des réfugiés jouent dans la rue en attendant l'arrivée des bus / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/5_3.jpg

    Une cinquantaine de policiers ont été déployé / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/4_2.jpg

    Emmanuelle Cosse interviewée par Canal + / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/3_3.jpg

    Un migrant prend en photo l’évacuation / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/2_6.jpg

    Les migrants patientent dans le calme / Crédits : Pierre Gautheron

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/1_5.jpg

    Des bus ont été affrétés pour emmener les migrants vers des centres d’hébergement / Crédits : Pierre Gautheron

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER