En ce moment

    02 / 03 / 2017

    Le procès du journaliste Gaspard Glanz reporté

    Par Tomas Statius

    Le journaliste de Taranis News Gaspard Glanz ne sera finalement pas jugé aujourd'hui. Alors que le procès est reporté, le reporter dénonce « une obstruction à la liberté de la presse ».

    Le procès de Gaspard Glanz n’a pas eu lieu. Le jeune journaliste comparaissait cet après-midi au tribunal de Boulogne sur mer. Il est accusé d’avoir volé « un transmetteur radio propriété du ministère de l’intérieur » lors d’une manifestation organisée à Calais en octobre dernier.

    Des le début de l’audience, ça coince. « Je vais être obligé de renvoyer le procès, nous n’avons eu les conclusions [des avocat de Gaspard Glanz, ndlr] que ce matin », oppose la présidente. « Nous n’avons eu le dossier que lundi », rétorque l’un de ses conseils, Maître Kempf,  à l’audience :

    « C’est un peu de mauvaise foi de faire payer cette décision à Monsieur Glanz. »

    Au terme d’une audience éclair, le tribunal a décidé de renvoyer le procès au 7 juin et d’alléger le contrôle judiciaire du journaliste de Taranis News. Il n’est plus obligé de pointer une fois par semaine au commissariat de Strasbourg. Mais Il lui est toujours interdit de se rendre dans le Pas-de-Calais. « Je ne respecterai pas ce contrôle », s’est insurgé le jeune homme à la barre, droit comme un i :

    « C’est une obstruction à la liberté de la presse. »

    Devant le tribunal, le jeune homme et ses 2 avocats improvisent un mini conf ’ de presse. « Il y a une coloration policière dans ce dossier », conclut Maître Kempf :

    « Cette interdiction est basée sur une loi d’exception : la loi sur l’état d’urgence. »


    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER