J’ai été blacklistée de France Télévisions pour avoir dénoncé la discrimination raciale

13 Juin 2017

par Wafa Dahman, journaliste de télévision. Présentatrice en Tunisie, cette lyonnaise a travaillé pour TLM à Lyon, Radio Méditerranée international au Maroc, Europe 2. Elle a créé Radio Salam avant d'intégrer France 3, où elle est restée 10 ans. Aujourd’hui, elle pointe à Pôle emploi.

La journaliste Wafa Dahman a travaillé pendant dix ans pour France TV, enchaînant les CDD et subissant des insultes raciales. Blacklistée après avoir brisé la loi du silence, elle porte plainte au pénal avec deux autres journalistes.

Si vous regardez France 3, vous avez probablement dû entendre ma voix dans un reportage ou voir mon visage lorsque je présentais le journal régional. J’ai travaillé pendant dix ans pour la télévision publique, et après autant d’investissement, la chaîne m’a jetée, sanctionnée en m’interdisant aujourd’hui de travailler.

Devant cette injustice, je n’ai pas eu d’autres choix, Au printemps 2016, j’ai porté plainte au pénal contre France Télévisions, sa présidente Delphine Ernotte et le DRH pour discrimination, harcèlement et abus de CDD. Je ne suis pas toute seule puisque deux autres journalistes, eux aussi d’origine maghrébine et qui ont subi la même discrimination, se sont joints à moi.

Un procès renvoyé

Comme l’a rapporté le Courrier de l’Atlas, Wafa Dahman et ses deux confrères, journalistes JRI (journaliste reporter d’images) ont porté plainte au printemps 2016 et sont passés une première fois au tribunal le 1er juin en demandant le renvoi du procès. France Télévisions est en effet entré en négociation avec les deux autres journalistes (qui sont des hommes) mais pas avec Wafa Dahman.

Cette dernière a gagné son procès aux prud’hommes au mois de novembre 2016. France TV a été condamné à l’indemniser de 10 000 euros et à requalifier son contrat en CDI, mais sans obligation de la réintégrer. Contactée par Streetpress, France Télévisions dit « contester toutes les accusations de Mme Dahman » et ne pas souhaiter « donner d’information supplémentaire sur un contentieux en cours. »

Les journalistes précaires sont légion à la télévision publique. Mais dans nos trois cas, la discrimination et le harcèlement ont aggravé cette précarité. Laissez-moi vous peindre le tableau.

En dix ans, j’ai signé près de 500 contrats courts

En général, les journalistes en CDD travaillent trois à quatre ans sur ce qu’on appelle le “planning”, où on enchaîne les contrats courts – d’un jour et quelques à plusieurs mois tout au plus – et ce dans la France entière. Puis ils postulent à des postes en CDI et sont pleinement intégrés à la rédaction.

En 10 ans de travail pour France 3, j’ai signé près de 500 contrats, effectué 1800 jours de collaboration. J’ai postulé huit fois pour des CDI, sans succès. Je n’ai jamais eu d’entretien.

Pour comprendre cette précarité anormale, il serait trop facile de remettre en cause mes compétences. Sauf qu’en 10 ans de contrats, je n’ai jamais eu un seul blâme et tous mes reportages ont été diffusés. J’ai remplacé au pied levé des présentateurs, une mission difficile quand on débarque dans une région, avec une équipe qu’on n’a jamais vue – et il n’y a jamais eu de problèmes. Je me suis investie à fond dans ce travail.

Pendant plusieurs années, je n’ai pas pris de vacances, bougé d’hôtel en hôtel. Une année, j’ai même travaillé 260 jours alors qu’un journaliste à temps complet travaille en moyenne 180 jours. Et je peux vous assurer que passer les fêtes de fin d’année toute seule dans une chambre à Clermont-Ferrand, loin de ma famille et de mes amis, n’est pas une expérience épanouissante. Et je l’ai fait pendant des années, sans jamais me plaindre.

J’ai subi des insultes racistes et j’ai été virée

Je suis restée malgré tout. J’aimais et j’aime encore mon travail, je me suis attachée à certaines rédactions locales et à certains de mes collègues. Mais ça a empiré. J’ai été éliminée du planning.

D’abord à Grenoble, où je faisais un quart de mes contrats à l’époque. Un nouveau rédacteur en chef a été nommé et a éliminé les deux journalistes maghrébins. Puis à Lyon, où je vis et où je travaillais aussi régulièrement, j’ai été exclue de la rédaction après avoir subi des insultes racistes.

En mai 2010, j’étais en tournage avec un collègue avec qui je travaillais peu et qui avait toujours été très désagréable avec moi, il ne m’appréciait pas, sans raison, comme ça arrive parfois au travail. On était dans la voiture, alors que je lui donnais les indications pour nous rendre sur le lieu de reportage, il a mis sa main devant ma bouche pour me faire taire. Ce geste était pour moi d’un mépris sans nom et je lui ai demandé des explications. Il m’a sorti : « Tu t’es regardée, tu as vu qui tu es, tu n’as rien à faire parmi nous». Quand vous vous ramassez ça en pleine figure, c’est d’une telle violence. Vous ne savez pas comment réagir, si vous devez partir, répondre, etc. Ma seule inquiétude était de retenir mes larmes, je ne voulais pas pleurer devant lui, je voulais garder toute ma dignité. Et j’ai quand même fait mon reportage, dans un état second.

Quand j’avais voulu intégrer une première fois France Télévisions on m’avait par exemple conseillé de postuler à Al Jazeera car « on n’a pas de boulot ici », alors que je ne suis pas arabisante.

J’en ai parlé à un ami syndicaliste qui m’a proposé de s’en occuper mais j’ai eu peur que l’affaire prenne trop d’importance et de ne pas la maîtriser. Les CDD qui font du bruit, on ne les garde pas à France 3.

J’ai décidé d’en parler directement à mon rédacteur en chef. Mais il n’a rien fait. Le « journaliste insulteur » continuait de me narguer dans les couloirs, avec un sourire en coin. Au bout d’un moment, je suis retournée voir le rédacteur en chef, je l’ai confronté à nouveau. Là, il m’a répondu : « Tu sais, je peux te blacklister », je lui ai dit « vas-y » et c’est ce qu’il a fait. Depuis 2010, je n’ai plus pu travailler chez moi, à Lyon.

Un ami syndicaliste a demandé des explications à la hiérarchie. Il n’en a jamais eu.

A Orléans, on a tout fait pour que je m’en aille

C’est à ce moment-là que je suis partie à Orléans où j’ai présenté le journal pendant 8 mois. La rédaction avait besoin immédiatement d’un présentateur, j’y suis allée. Au moment où ils allaient construire leur équipe, on a tout fait pour que je m’en aille. Le rédacteur en chef m’a demandé de ne pas postuler. J’étais juste un bouche trou.

Je n’ai pas insisté, il y avait à l’époque une ambiance de libertinage dans sa rédaction, encouragée par le rédacteur en chef qui ne me convenait pas. Une journaliste a d’ailleurs porté plainte pour harcèlement sexuel en 2011.

Et j’ai dû repartir sur les routes, travailler à droite et à gauche. D’Amiens à la Rochelle, en passant par Carcassonne, Marseille ou Le Puy, j’ai fait 38 bureaux, souvent pour des contrats très courts, de moins d’une semaine voire d’un jour.

En région, la hiérarchie a un droit de vie et de mort sur un CDD, vous n’avez aucun recours, aucune protection, et c’est grave. Les rédacteurs en chef sont des barons locaux, ils peuvent décider du jour au lendemain de vous rayer du planning, sans explications, et vous ne pouvez plus rien faire

On grandit avec l’idée que ce sera plus difficile pour nous

Mes deux parents sont tunisiens. Je suis née à Lyon. Je suis française à part entière mais je savais qu’à cause de mes origines ce serait plus difficile pour moi de réussir. La discrimination est quelque chose avec laquelle on grandit. On l’intériorise, on sait qu’il va falloir courber le dos deux fois plus. Pendant dix ans, j’ai avalé des couleuvres, je me suis tue, j’ai mis mon égo de côté quand la plupart des gens auraient surement porté plainte. Car c’est dur d’accepter l’idée même que l’on a été discriminée. Cela signifie que durant toute cette période je n’était pas perçue comme une journaliste comme les autres, une femme comme les autres. J’ai dû ouvrir les yeux sur ma réalité. Non les autres ne me percevraient jamais comme une journaliste normale. Et c’est très douloureux.

Par exemple, comme je connais bien la banlieue, pour y avoir grandi et que je suis d’origine arabe, on m’a envoyé faire de nombreux reportages sur la banlieue, l’immigration et l’islam, notamment pendant les révoltes de 2005. Ce sont des sujets complexes, intéressants, qui demandent une connaissance du terrain et de l’histoire.

Mais je n’avais pas forcément envie de les faire. Vous pensez bien que dans une rédaction, être estampillée experte ès banlieue n’est pas valorisant. Il y a une hiérarchie, au haut du sommet, le spécialiste de la politique ou l’économie, souvent des hommes, tout comme le sport, et ensuite, la culture, les sciences,… souvent des femmes. En tant que CDD, je ne pouvais pas refuser les sujets qu’on me donnait.

Je m’attendais à être traitée comme une journaliste « à part » par certains. Cette entreprise est immense (10 000 personnes) et reflète la société française et ses défauts. Quand j’avais voulu intégrer une première fois France Télévisions on m’avait par exemple conseillé de postuler à Al Jazeera car « on n’a pas de boulot ici », alors que je ne suis pas arabisante.

La médiation “diversité” était un piège

Les insultes non sanctionnées, la mobilité excessive, l’impossibilité de travailler chez moi à Lyon, ce sont les gouttes d’eau qui ont fait déborder un vase bien trop plein. J’ai décidé de saisir la DRH au siège, n’ayant aucun interlocuteur en région.

Mais je pensais naïvement que le groupe France TV me protègerait. Je ne pouvais pas croire qu’on laisserait faire une telle injustice sans rien dire.

En 2012, j’ai accepté une médiation en interne, liée au label “diversité” de l’Afnor . Elle s’est révélé être une coquille vide, voire un piège. Cette médiation avait pour but de traiter les cas de discrimination qui avait été repérés. Avant d’accepter, j’avais pris l’assurance que cela n’aurait aucune répercussion sur mon travail. On m’a donné toutes les garanties. Je devais faire confiance à la DRH, une solution allait être trouvée. Mon agresseur sanctionné, et surtout l’injustice de cette précarité excessive réparée, en me proposant un CDI. La seule condition était le respect de la confidentialité. Pas un mot à l’extérieur des échanges que j’aurai durant cette médiation. J’ai tout de même discrètement enregistré l’ensemble des réunions.

Hélas, j’avais tristement raison : après cette médiation, j’ai été blacklistée. Mes contrats ont été retirés progressivement jusqu’à ce qu’il n’en reste quasiment plus. Je suis passé de 260 jours par an en 2012 à 100 en 2013 et 15 en 2014. Pourtant, du travail, il y en a : ils ont simplement fait entrer d’autres personnes, de jeunes journalistes sans expérience et sans carte de presse. J’ai vu leur nom sur les plannings remplacer le mien.

Aujourd’hui, je travaille dans une radio locale, dans le cadre d’un emploi aidé, financé par l’Etat. Cette radio est une radio associative que j’ai moi-même créée, il y a vingt ans. Quelle humiliation, je ne pensais pas que j’en arriverai à cette situation.

Ce contrat vient de se terminer et je n’ai plus rien. J’ai été journaliste toute ma vie et je ne sais faire que ça. Pendant 10 ans, j’ai tout sacrifié pour France Télévisions. J’ai couru de contrat en contrat, j’ai perdu mes autres réseaux professionnels parce que je ne pouvais pas travailler ailleurs. Je n’ai pas eu le temps de finir ma thèse en infocom.

Et tout ça pour être traitée avec un mépris absolu. Depuis le dépôt de ma plainte au printemps dernier, personne n’a réagi, personne ne m’a écrit ou n’a décroché son téléphone pour savoir ce qui s’était passé.

France Télévisions a fait des propositions et discuté avec les deux journalistes hommes qui sont dans avec moi dans la plainte. Pourquoi cette différence de traitement ? Je suis une femme, d’origine tunisienne, et j’ai touché à un sujet tabou. Mais je ne me laisserai plus faire. Aujourd’hui, je n’ai plus rien à perdre.