En ce moment

    30/11/2017

    3 ans et 18 mois de prison pour les policiers lillois qui rackettaient les vendeurs de roses

    Par Mathieu Molard

    Pendant près d'un an, deux policiers lillois ont racketté et frappé plusieurs vendeurs de roses. Ils écopent de 2 ans et 18 mois de prison ferme, sans mandat de dépôt.

    Les deux flics ripoux échappent aux nuits en cabane mais pas à la condamnation. Pendant près d’un an, de février 2012 à janvier 2013, Fabrice P. et Yannick V., fonctionnaires de la Police aux frontières (PAF) ont fait vivre un véritable calvaire à plusieurs vendeurs de rose lillois. Ils écopent respectivement de 3 ans et 18 mois de prison ferme, sans mandat de dépot. Ils envisagent de faire appel, rapporte l’AFP.

    A la barre, le 5 octobre dernier, Yannick V., 30 ans aujourd’hui, avait tenté de minimiser son implication. Du bout des lèvres, il concède des « saisies » illégales de roses et une poignée de « contrôles » irréguliers. Quant à son acolyte, Fabrice P., 42 ans, il prétexte un manque d’indépendance du tribunal pour déserter le procès. Le coup d’esbroufe ne suffira pas à ébranler la conviction du tribunal, tant les témoignages des cinq victimes sont accablants.

    Mohammed raconte comment les deux fonctionnaires l’ont, une nuit de grand froid, emmené à plusieurs kilomètres du centre ville pour le passer à tabac avant de l’abandonner loin de chez lui. Un autre raconte avoir cru sa dernière heure arriver alors que les deux policiers l’emmenaient dans « une forêt ». Un troisième décrit par le menu la « perquisition » illégale mais méticuleuse de son appartement, jusqu’à ce qu’ils trouvent ses maigres économies.

    Relisez le compte-rendu détaillé du procès.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Nous avons besoin de 80 000 euros avant le 2 décembre pour finir l'année. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER