En ce moment

    22 / 02 / 2018

    Le conseil d’Etat maintient l’interdiction des compétitions de MMA en France

    Par Mathieu Molard

    Plusieurs fédérations de MMA ont attaqué devant le Conseil d’Etat l’arrêté du ministère des Sports visant à interdir les compétitions. La plus haute juridiction administrative a donné raison au gouvernement.

    Le 23 octobre 2016, le ministère des Sports publiait un arrêté interdisant les compétitions de MMA sans jamais citer le nom de la discipline. Trois recours distincts ont été déposés devant le Conseil d’Etat par différentes fédérations de MMA ou de Kempo (une discipline qui autorise également les frappes au sol), une chaîne de salles de sports centrées sur le MMA et plusieurs combattants. Le 16 février dernier, la plus haute juridiction administrative a tranché en faveur du ministère des Sports, considérant que l’arrêté était en tout point légal.

    Le MMA jugé dangereux

    « On contestait notamment la mise en danger de l’intégrité physique », détaille Mohamed Temmar, vice président de la Fédération de pankration et d’arts martiaux mixtes, l’un des organismes qui a porté le dossier devant le Conseil d’Etat. Un argument balayé par la juridiction administrative, ce qui indigne Mohamed Temmar :

    « Ils disent que le ministère a raison, sans donner de justification. En gros c’est comme ça et pas autrement, point final. »

    Un recours au niveau européen?

    Point final ? Peut-être pas. Mohamed Temmar envisage de porter plainte devant la Cour Européenne des droits de l’homme. Rappelons qu’au sein de l’Union Européenne, seul la Belgique et la France empêchent les compétitions de MMA, sans l’interdire explicitement, comme StreetPress le racontait ici.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER