En ce moment

    11 / 02 / 2020

    Sarkozy, Hortefeux, Devedjian et Dassault en prennent pour leur grade

    On a retrouvé le roman anti-Sarkozy écrit par Benjamin Griveaux

    Par Mathieu Molard

    « Deux ans après » est un roman d'anticipation diffusé sur internet au printemps 2007 par Benjamin Griveaux. « Un acte de militantisme littéraire » contre Nicolas Sarkozy, aujourd’hui retiré du web, que StreetPress a déterré.

    C’est un manuscrit diffusé uniquement en ligne. 79 pages au format A4, titrées « Deux ans après ». Un « roman » co-signé par un certain Sean Christian – un pseudonyme semble-t-il – et… Benjamin Griveaux, aujourd’hui candidat LREM à la mairie de Paris. Sur le site internet désormais hors-ligne (1) qui accueillait en 2007 le chef-d’oeuvre, on pouvait lire le pitch suivant :

    « Novembre 2009 : un président libéral flirtant avec l’extrême droite dirige le pays depuis deux ans. Dans une France bien-pensante et sécuritaire, les clivages se sont exacerbés au point de faire naître une Résistance. Sa vocation principale est de soulager la souffrance sociale, mais ses activités menacent la stabilité du pouvoir. À l’occasion d’une enquête sur un crime d’État raté, l’avocate du quidam arrêté par erreur explore cette nouvelle France polarisée à l’excès. »

    Un roman ACAB

    Benjamin et sa boule de cristal auraient-ils prédit l’avènement d’Emmanuel Macron ? Des fonctionnaires de police « dépourvus [du moindre] résidu d’humanité ». Un pays où « l’ultralibéralisme avait conquis de haute lutte ses lettres de noblesse, et [dans lequel] tous les compartiments de la société s’y étaient ralliés » entre « Contrat Liberté Emploi (CLE), renouvelable tous les trois mois » et « prisons privées ». Jusqu’au « collège Donald Trump » (en 2007) !

    En face s’organise la Résistance. Une structure qui se divise en deux courants. L’un modéré, l’autre « minoritaire qui revendique l’action directe ». L’un des tenants de cette ligne dure a cette phrase :

    « Il faut contraindre par la force le gouvernement à revoir un ensemble de choses. Mais la force (…) ce n’est pas obligatoirement la guerre. »

    Inspiré de personnages réels

    Benjamin Griveaux, Gilet jaune ? Pas exactement. Le roman est publié le 16 avril 2007 sur un blog créé pour l’occasion par Griveaux et ses amis, à l’époque adhérents du PS et proches de DSK. Les auteurs du roman revendiquent « un acte de militantisme littéraire », visant à dévoiler « ce que sera vraiment la France d’Après », celle de Nicolas Sarkozy qui s’apprête à entrer à l’Élysée.

    Un bouquin qui pourrait froisser quelques egos. Car au fil des pages, on peut croiser les doubles maléfiques de plusieurs personnalités politiques de droite. Brice Hortefeux devient Hortense Brisefeux, une « grosse femme aux cheveux jaunes et ras », directrice de prison acariâtre. Estrosi et Devedjian inspirent le personnage Raoul Estrodjian, flic bas du front et prétentieux devenu commissaire grâce à une télé-réalité : la « Bac académie ». Un programme télé imaginé par Serge Bénault (le double de Serge Dassault), industriel malhonnête spécialisé dans les systèmes de surveillance et meilleur ami du président. Les intéressés apprécieront.

    Pas de réaction

    « Je ne suis pas certain que le livre ait fait beaucoup d’émules », lâche Benjamin Griveaux en se marrant, avant de renvoyer vers sa responsable presse qui nous confirmera qu’il ne souhaite pas réagir davantage à ce sujet. Pour ceux qui rêvent de lire ce chef-d’oeuvre de la littérature politique, on l’a remis en ligne ici.

    Merci au lecteur de StreetPress qui nous a glissé l’info. Si vous aussi vous avez un document à nous partager : redaction@streetpress.com.

    (1) Le site internet Wayback Machine a toutefois conservé une copie du contenu de ce site.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER